AdresseTéléphone
logo
Marennes For Ever
Sandrine Piochaud : Quelqu’un peut me dire dans quelle rue se trouve ce restaurant ? 
Clémence Fagot C’est la rue de la boulangerie l’Amandine
Dominique Sinou : Rue de la République, l'hôtel de France, la maison où je suis né au numéro 12, puis la boulangerie tenue à l'époque par mon oncle Marcel Diet
 
Philippe RobertMarennes d'antan :1922 rue de la République Hôtel du commerce
 
Philippe RobertMarennes d'antan: 1904 Hôtel des Sports rue Garesché.
Mos-lab Synthesizers Je n'ai pas réussi à retrouver son emplacement exact dans cette rue.
Philippe Robert : Bâtiment n° 7 rue Garesché , l'annexe de l'hôtel était en face de l'autre coté de la rue.
Dominique Rauch : C'est à l'angle de la rue ou il y avait la boulangerie Missote.
Ginette Roland : C'est à la place des logements sociaux de la semis. Les parents de Jean-François Girardeaux et sa sœur Mme Cerpeau
Dominique Rauch Mme Girardeaux etait ma marraine. 
Ginette Roland : Leur maison était en face et les mariages se faisaient dans la salle au rez-de-chaussée....
 

Années 1970 (Gil Wil)

Années 1970 (Gil Wil)
Alain Seguin : Le café le commerce Que de souvenir avec la bande de mob
Stéfy Loulouioutte : Quand on montre vos photos à nos enfants ,ils disent :"oh c'était plus jolie avant ". Arboré et fleuries c'était magnifique
Jacqueline Jouant : Je pensais exactement pareil
Lydia Bergniard Je suis d'accord pour dire c'était plus joli avant
Nini Cocole RTh : Tu m'étonnes, l'hôtel est en ruines aujourd'hui !!
Erik Assouan : Il y a eu plusieurs projets qui n'ont pas pu aboutir car pour changer le statut commercial du bâtiment il faut l'autorisation de la mairie
Laetitia Rousseau C'était beaucoup plus jolie avant dis donc
Annie Montil Quelle horreur maintenant c'est pourri qu'elle honte que Marennes à changer ?
Nini Cocole RTh : En revanche c'était beaucoup plus joli avant, effectivement, avec notre panneau Marennes... Très très accueillant, et original... Maintenant on n'a pas du tout envie de s'y arrêter...
Sylvie Fin C'ètait beaucoup plus accueillant avant, c'est sûr. Je ne reconnais plus mon Marennes d'autrefois.

 
Philippe RobertMarennes d’antan : 1904 Déjà à cette époque l’hôtel avait sa terrasse sur la place Chasseloup Laubat.
Dominique Sinou : Emplacement stratégique, en face de la sous préfecture
Ginette Roland : L'office de tourisme depuis fort longtemps

 
Philippe RobertMarennes d’antan : 1902 Le printemps est là, on aère les chambres et on prend le temps d’une photo avec la famille pour immortaliser notre établissement.(place Chasseloup Laubat)
Alain Seguin C'est du côté du syndicat d'initiative ?
 
Brigitte ChaurayEst ce que ce restaurant existe toujours ?
Cedric Dodin : Pleins de souvenirs dans ces lieux
Courtieux Malou Fab Non c'est une maison d’habitation
Dom Dom Oh la la !!! Il n existe plus c'est devenu une maison d habitation. Mais on mangeait très bien. Encore un vieux souvenir
Francoise Forcin : Souvent mangé ; je connaissais bien Mr Et Mme Large ..cétait très bon
Alain Giraud : Et dans notre groupe, nous avons le digne héritier, le grand BRUNO.
Mireille Boisson Joneau Très bon restaurant à l'époque
Marie-claude Moizant Souvenir des patrons, on mangeait bien à l'époque . maintenant c'est une maison d habitation . depuis pas mal de temps
Solange Mack : C'était super souvenir de jeunesse !!!
Brigitte Chauray Je me souviens aussi de l auberge des 3 B ! Que voulait dire les B ?
Sabyne Føur :  On m'a toujours dit que c'était Boire, Bouffer, Baiser.  Amis de la poésie bonjour
Jacky Rabeau : Il me semble que le B représente la 1ère lettre des 3 canaux : canal de Brouage, canal de Biard et canal de Beaugay.
Jacqueline Hermand : Rencontre des 3 canaux: Brouage, Beaugeay et Broue
Monique Neau : Cochon de lait a la broche ...ohlala repas excellents et trés copieux
Grenon Eric : Ca n'existe plus depuis des années
Brigitte Chauray : Pour fêter un anniversaire de mon mari nous avions ...
 
 
Philippe Robert : Marennes en 1909
Gisele Bernard : Quand je pense que j'y ai travaillé de 84 à 86 en apprentissage.. J'avais une pièce au deuxième étage pour me changer .. Maintenant c'est à l'abandon.. Le planché de la cuisine est pourri et mes patrons ont était obligés d'arrêter.. Cela devenait dangereux.
 

 
Philippe RobertSur la gauche de l'Hôtel, c'est une épicerie Mercerie
 



Alain Giraud : Très vieille carte, collection Coindreau libraire à Marennes.
 

Hôtel du Commerce

Hôtel du Commerce

 

Chez nous

Chez nous
 
 
 
Jean Pierre Baron : La pension de famille 'Chez Nous ' tenue par Mme JACQUET rue du commandant Lucas puis par Mme Garnier
Bernard Foubert : J'y allais déjeuner tous les jours d'ecole car j étais malade, il y a 59 ans
Jean Pierre Baron : Moi aussi avec beaucoup d'élèves de l'école puis plus tard en 66 quand je travaillais et ce pendant deux ans
Eric Authiat : Que de souvenirs...
Lydia Bergniard : Non maintenant c'est chez moi
Martine Jeanine Taudiere Terriere : ma maman y a travaillè!!!!
Maithé Cartier Poirier :  Waouhhh..moi j'ai pris ma première cuite ici..et la dernière.
Jacky Rabeau : Ma grand-mère y a travaillé. Je me souviens aussi qu'il y avait un bassin avec une ou deux tortues
Nini Cocole : Ohlala c'est là que nous avons été hebergés avec ma famille lors de notre retour catastrophique en France.... Mme Jaquet... Ce nom je m'en souviens.... Merciiiiii
 
 
 

Hôtel de France

Hôtel de France
 
 
Philippe Robert : Hôtel de France Marennes dans les années 70
Pat Grand : Avant il y avait plein de cafés, c'était sympa !! Plus tard, il a pris les couleurs actuelles, du bleu surtout
Marc Lepré : Ah oui, chez Roger et Marie-Claude Delhumeau ces années-là. très sympa. Marie-Claude vit toujours à Marennes. Je connais tous les bistrots de cette période
Brigitte Chauray : Ma mère travaillait à côté a la boulangerie Gaudin
Marc Lepré : Je connais la famille Gaudin qui nous livrait le pain. j'allais au collège avec leur fils Frédéric. on faisait route à vélo.
Carole Jean-Pascal Charles : C'était un quartier vivant, il n'y avait pas que le restaurant de mes parents et la boulangerie. Il y avait aussi la grainetrie alimentation de Linette BENON PARIS, les huîtres d'André SONETTE, les meubles de MME MARTIN, le carrossier MICHAUD.
 
 

Cheval Blanc

Cheval Blanc

 

Disparu

Disparu
 
 
Aurelien Chailloleau : C'est l'angle ou il y a pro et compagnie maintenant?
Patrice Nereaud : Il s'agit bien de l'angle dont vous parlez, on reconnait bien la sculpture au dessus de la fenêtre avec balcon.
Aurelien Chailloleau : Regardez le haut du bâtiment, les barrières en colonne ...elles y sont encore sur le haut de pro et compagnie et la petite barrière sur la gauche elle est tjr présente aujourd'hui
Jean Pierre Baron : Il s' agit de l'angle ou se trouve pro &companie avec la bijouterie Goubaud. Avant le magasin Mr Pain c'était un restaurant
 
 
 

 

Central Hôtel

Central Hôtel
 
 
 
Pat Grand : Je ne vois plus où il était ce grand hôtel ! (place Chasseloup ?)
Bertrand Letourneau : L' hôtel à laissé place à des petits magasins, au laboratoire et à des logements mais les murs des bâtiments existent toujours mais impossible de savoir sans cette photo que c' était un hôtel par ce coté !
 
 

Hôtel de France

Hôtel de France
 
 
 
Dominique Sinou : J'ai vraiment du mal à me situer
Philippe Robert  : actuellement office du tourisme
 
 
Philippe RobertMarennes d'antan: 1904 Hôtel des Sports rue Garesché.
Mos-lab Synthesizers Je n'ai pas réussi à retrouver son emplacement exact dans cette rue.
Philippe Robert : Bâtiment n° 7 rue Garesché , l'annexe de l'hôtel était en face de l'autre coté de la rue.
Dominique Rauch : C'est à l'angle de la rue ou il y avait la boulangerie Missote.
Ginette Roland : C'est à la place des logements sociaux de la semis. Les parents de Jean-François Girardeaux et sa sœur Mme Cerpeau
Dominique Rauch Mme Girardeaux etait ma marraine. 
Ginette Roland : Leur maison était en face et les mariages se faisaient dans la salle au rez-de-chaussée.
Micheline Delage : Comme j’étais demoiselle d’honneur, pour la cavalcade il y avait eu un repas fait à l’hôtel des Sports de l’autre côté de la rue, dans l’annexe dans mes souvenirs , la salle était grande , c’était 1960 où 1961
Sylvie Chevalier : On a fait le repas de ma communication et le mariage de ma sœur en 1968 ici. Et j’ai un très bon souvenir de Madame GIRARDEAU. C’est elle qui a guéri mes brûlures au visage, et je n’ai gardé aucune cicatrice de ces brûlures, contrairement à ce que pensaient les médecins. Super femme amie de la famille

Brigitte ChaurayEst ce que ce restaurant existe toujours ?
Cedric Dodin : Pleins de souvenirs dans ces lieux
Courtieux Malou Fab Non c'est une maison d’habitation
Dom Dom Oh la la !!! Il n existe plus c'est devenu une maison d habitation. Mais on mangeait très bien. Encore un vieux souvenir
Francoise Forcin : Souvent mangé ; je connaissais bien Mr Et Mme Large ..cétait très bon
Alain Giraud : Et dans notre groupe, nous avons le digne héritier, le grand BRUNO.
Mireille Boisson Joneau Très bon restaurant à l'époque
Marie-claude Moizant Souvenir des patrons, on mangeait bien à l'époque . maintenant c'est une maison d habitation . depuis pas mal de temps
Solange Mack : C'était super souvenir de jeunesse !!!
Brigitte Chauray Je me souviens aussi de l auberge des 3 B ! Que voulait dire les B ?
Sabyne Føur :  On m'a toujours dit que c'était Boire, Bouffer, Baiser.  Amis de la poésie bonjour
Jacky Rabeau : Il me semble que le B représente la 1ère lettre des 3 canaux : canal de Brouage, canal de Biard et canal de Beaugay.
Jacqueline Hermand : Rencontre des 3 canaux: Brouage, Beaugeay et Broue
Monique Neau : Cochon de lait a la broche ...ohlala repas excellents et trés copieux
Grenon Eric : Ca n'existe plus depuis des années
Brigitte Chauray : Pour fêter un anniversaire de mon mari nous avions mangé un cochon de lait cuit dans la cheminée .c était un régal .bon souvenir
Paco Paco : Non ce restaurant n'existe plus c est maintenant la maison de mon frère
Nini Cocole RTh : Madame Large mon prof de musique..
Francoise Forcin : Décédée dans un accident de voiture
Catherine Yannick Aulier Coret : Oui partie bien trop tôt
Martine Pogut Je connais bien j'ai fait toute les vitres avant l'ouverture Mme Large oui super femme décédée sur la route entre Marennes et Hiers Brouage
Ginette Roland Après le couple Large, c'était Mr et Mme Vallet Jean-Marc, partis à St Leonard de noblat jusqu'à la retraite
Alain Seguin Je m'en souviens très bien c'était un bon restaurant
Pascale Douaud : Oui avec une cheminée au centre ou le restaurateur cuisait les viandes. Très bonne réputation culinaire
Alain Giraud C'est la, que notre ex Maire, à fait ses premiers pas.
Frederic Christelle Audebert : Il y a plus de 25 ans que le restaurant n’existe plus, apparemment on y mangeait de très bonnes cuisses de grenouilles
Gilette Garnier : Et des bouchées à la reine garniture escargot et ortie c'est extra
Véronique Bertaud : Ce restaurant a été transformé en maison d'habitation. J'y ai fait une saison comme employé à faire la plonge et mettre en place la salle de restauration Restaurant fermé par la suite du décés de Mme LARGE.
Brigitte Baron : Nous y avons fait le baptême de mon fils aîné Guillaume
Nathalie Bourdeau : Non c est mon ex beau frère qui l'a acheté
Clemenceau-Piochaud Maryline : Madame Large n était elle pas prof de musique au collège Jean Hay ?
Sonia Lr : C’est exact elle l’était