AdresseTéléphone
logo
Marennes For Ever
Philippe RobertMarennes d'antan:1915 L e café de Paris avec ses propriétaires ,serveurs et clients, à la mire du photographe.
Nini Cocole RTh : Quel succés ce Café de Paris !!
Patrice Lussier : Il y a même les képis à gauche..non..?? 
Philippe Auguste : Quelqu'un peut dire ce qu'il y a d'écrit sur la bâche de droite?
Mos-lab Synthesizers : J'y vois Bières l'Atlantique.

 
 Philippe AugusteIl était déjà ouvert en 1890. Mais à quand remonte sa création ?
Jean Pierre Baron : Le "PARIS" doit très certainement être le plus ancien commerce ( sous la même activité ) de Marennes et avec la même enseigne
Mos-lab Synthesizers Compte tenu de la configuration des rues au XIXème siècle, il n'y avait pas de croisement à l'emplacement du café de Paris. La rue François Fresneau n'arrivait pas (ou ne commençait pas) ici car un bâtiment y était installé. La voirie fut lourdement modifiée dans la deuxième moitié du XIXème siècle, avec justement, la démolition de plusieurs habitations dans Marennes, dont la prolongation de la rue jusqu'à cette nouvelle place (future place de la Poste). Pour moi, Ceci coincide avec l'ouverture du Café de Paris en 1890.
De ce que je sais, le National serait le plus ancien bar de Marennes encore en activité. Il fut (surement dès la fin du moyen age) un relais de Poste, puis une auberge, changeant de nom au fil du temps et de l'histoire du pays, Auberge Royale, puis café Impérial, et enfin Café National.
 


Philippe Robert : Marennes d'antan: 1904 à gauche le garage pour les voyageurs de l'hôtel de France place Chasseloup-Laubat. le café de Paris à droite, et au fond la pharmacie Belugou.
 
 


Philippe Robert : 25 ans plus tard.
 


Philippe Robert : Marennes d'antan: 1905 à droite le Café de Paris, au Fond la Pharmacie Belugou.
Annie Zambon: Quel changement avec maintenant
Jocelyne Michelle: J'adore ces photos d' autrefois
Pat Grand : C était bien joli
Solange Mack: Qu'elle grand changement c'était pas mal pour l'époque
 
 
 
 

Déjà en 1899

Déjà en 1899
 
 
Veronique Ybard : Moi je ne connais que Jacky Hervé au plus loin de mes connaissances
Gérard Auguste : Moi aussi j'ai connu que Jacky Hervé
Jean Pierre Baron: Avant Jacky je me souviens de son père qui tenait l'établissement j'étais tout gamin
Dany Logeais : J'ai connu le père de Jacky Hervé il avait beaucoup de classe il discutait avec mon grand père devant le stand d'huîtres place de la poste
Alain Giraud :Je me souviens du Père de Jacky Hervé, puisque mon Père travaillais en face au garage Gaudin.

 

Et la Magasin Bleu

Et la Magasin Bleu


Philippe Robert : Marennes insolite (sans voiture dans la rue de la République, deux stations d'essence , l'une en face de l'autre, deux garages Peugeot l'un en face de l'autre,et comme éclairage municipal la seule lampe suspendue au milieu du carrefour.)

 

Amourette

Amourette



Philippe Robert : Marennes Pub AMOURETTE ( La plus grande production Française) absinthe année 1930
 
 
 
Alain Giraud : Je pense qu'elle est plus récente que celle où il y a le tacot arrivant à droite. Là on voit un lampadaire sur le café de Paris et pas sur l'autre.
 
 


Philippe Auguste : Notre spécialiste automobile va nous décrypter la photo et va nous dire de quand elle date.
Alain Giraud : Ce qui est sûr, c'est qu'à part celle de Mr Hamelin, je n'en ai jamais vu au garage.
Je dirai 1900 + ou- 5ans

 

Version 1900

Version 1900
 
 
 
Merci Philippe Robert pour ce document exceptionnel.
 
Jean Pierre Baron : Mr et Mme Aubin n"ont ils pas habité cette maison?
Ysa Chambaud : J ai vecu au 88 maintenant ce sont des appartements
Alain Giraud : Apparemment le magasin Massé n'existait pas, on voit l'ancienne forge Jaudeau, le magasin de chaussures Fontaine, et le magasin de tissus Martinet.
 
Colette Gaillard : A gauche vitrine du magasin bleu vente de textiles tenu par Mr Roux vendeuse Mme Gaillard avant et après la derniere guerre .
Alain Giraud : Ça y ressemble beaucoup, ce n est pas ce qu avaient tes parents quand vous veniez faire le plein au garage ? C était pas hier.
 

Un autre angle

Un autre angle
 
 
 
Christian Chagnon : Les sandwiches au jambon cru pain de mie de Jacky Hervé
Jean Pierre Moreau : Excellents je dirais
Jean-Marie Roiron : Jamais mangé d'aussi bons
 
 

Sous un autre angle

Sous un autre angle
 
 
Alain GiraudJe n avais pas remarqué que c était la même photo que l'en-tête de MFE, mais celle ci est plus vieille.
Philippe Auguste : Notez les arbres sur la droite
Mos-lab Synthesizers : Celle ci est vraiment pas jeune, ce n'est plus des Citroën Rosalie ou Traction, mais avec des vieux tacots (surement Renault). On est bien avant 1910. Les gens étaient en sabots, et on avait de l'espace en ce temps là
 
 
 
 
Jean-Marie Roiron : A l'angle il y a eu une boucherie qui faisait aussi charcuterie une première à Marennes
Jean-Marie Roiron : À l'époque à Marennes il y avait plusieurs charcuteries, Hamelin, le père Furet le roi des GRATONS et plusieurs boucheries dont une était Chevaline. Une anecdote mon grand père Roiron allait tous les matins à l'abattoir de Marennes prés des portes, et là il buvait un verre de sang juste prélevé sur le malheureux cheval. Chaque métier respectait l'autre et il y avait aussi plusieurs épiceries dans tout les quartiers de Marennes. A lyon il y a les mères, mais nous a Marennes il y en avait aussi comme la mère Roland C'était souvent des femmes qui tenaient ces commerces. Et aussi Balloteau
Evelyne Charr : Je me rappelle tous les noms de ces commerçants, et le boucher Caillaud, juste en face du marché...
Francoise Forcin : il y avait aussi la boucherie Fougeret pas loin du garage Poitevin ...
Clemenceau-Piochaud Maryline : il y avait la boucherie charcuterie à l angle, ils s appelaient huord. J étais amie avec leur fille Katia
 
 

Inédit

Inédit
 
 
 
Jean Pierre Baron : Si Nicephore Niepse, inventeur de la photographie, était venu à Marennes il aurait pu prendre Le Paris en photo tellement il est ancien cet établissement
 

Changement de Propriétaire

Changement de Propriétaire
 
 
 
Jean Pierre Baron : Les anciens propriétaires avant la famille Hervé, cela remonte
 
 
 
Guy Dufour : Vieux souvenirs de mon enfance, le patron avait pour nom : Fernand Moreau. La salle était au 1er étage.
Eric Authiat :  Et au rez-de-chaussée il y a eu une boucherie et actuellement une banque occupe tout l'immeuble.
Pat Grand : Merci ! Ma grand mère avait la même voiture que celle de droite (la première)
 
 

 
 
 
 
Marc Lepré : Ah le grand café de Paris chez jacky Hervé, président des cafetiers hôteliers restaurateurs du 17, passionné aussi des vieux transistors et postes de télévision qu'il collectionnait et réparait chez lui par centaines. Un grand homme.