AdresseTéléphone
logo
Marennes For Ever
Christelle PSDNLe Chateau de La Gataudiere à Marennes for ever,  ma mamie (Micheline) en 1ère a gauche a la fenêtre et 1ère en haut à gauche aussi sur la photo de groupe. Qui reconnaît des personnes sur ses photos ? vers 1936 à 1945 environ...

 

 



Alain Giraud
 




Monique Giraudle Château de la Gataudière

 
 
Philippe RobertMarennes d’antan : 1874 Fin des fêtes au Château de la Gàtaudière. (Feux d’artifice)( à la fin de la journée de l'inauguration de la statue de Prosper de Chasseloup- Laubat). J'ai trouvé le croquis sur le Monde illustré du 26 septembre 1874 à la BNF Gallica.
Dany Logeais : Sublime gravure il faut être un bon détective pour dénicher cela
Vol Sophie : J'ai du mal à m'imaginer Marennes comme ça autrefois
Dany Logeais : Ils savaient faire la fête en ce temps là malgré les moyens qui n étaient pas les mêmes qu aujourd'hui
 

Photo de Korynn Alpha-kplus

Photo de Korynn Alpha-kplus

 

En travaux

En travaux


Alain Giraud : C'est Mr Moreau derrière la grille ?
Dany Logeais : De face je pense que c'est lui.  Celui du milieu est Mr Loustoneau


 

Suite des travaux

Suite des travaux


Dany Logeais : Suite de la balustrade Mr Loustoneau et l'arpette mon mari. Photos faites par Mr le Marquis de Chasseloup Laubat. Le seul regret de mon mari ne pas les avoir faites dédicacer (trop jeune pour y avoir pensé)
Veronique Ybard : Mr Loustoneau qui habite à côte de l'entrée du parking de Leclerc ?
Dany Logeais : Je crois que oui la maison a été démolie pour faire le parking Leclerc
Veronique Ybard : Sa femme a habité juste au bout dans la maison qui existe encore on la voit derrière le muret le long du parking coté gauche j'allais souvent chez mémé Loustoneau mais je ne me rappelle pas de son mari
 

Fin de Fête (Alain Giraud)

Fin de Fête (Alain Giraud)
 
 

 

 
 
 
Pat Grand : Quand ma grand mère était petite, les propriétaires du château, qui n'avaient pas d'enfant, voulaient l'adopter. Ma grand mère n'avait plus sa maman à 4 ans. Malheureusement, son père n'a pas voulu. Dommage pour elle
Sebastien Auguste : J’habitais presque à côté à nodes et je jouer là-bas avec les fils muraille dans les années 80 Très bon souvenirs Et j’ai connu l’entrée comme ça
 
Dominique Lap
A quelques kilomètres d'Oléron, le château de la Gataudière, classé monument historique, intérieur et extérieur, mérite que vous fassiez un petit détour.
Il ne reste pas une pierre du Moyen-Âge et pour une fois les guerres de religion si destructices en cette région n'y sont pour rien!
C'est son propriétaire, François Fresneau (1703-1770), découvreur de l'hévéa, ingénieur du roi, mathématicien, botaniste et explorateur (ouf!) qui fit détruire la demeure médiévale pour édifier ce château harmonieux et clair.
La petite fille de l'inventeur du caoutchouc épouse en 1794 François Chasseloup de Laubat qui sera sénateur, marquis et pair de France après avoir été Commandant en chef du Génie dans la Grande Armée!
Ce nom de Chasseloup aurait été donné à son auguste lignée par les villageois reconnaissants de se voir libérés des prédateurs par ces seigneurs et saigneurs. Il n'y a donc plus de loups en Charente maritime. D'autres prédateurs s'y ébrouent librement sans que ne se dresse devant eux un Seigneur de Chasse-promoteur!
La façade orientale de la demeure, de style Louis XIV, est un exemple d'harmonie et d'élégance. La blancheur de la pierre de Crazanne, la simplicité du décor de pilastres ioniques, le rythme des fenêtres lui confèrent cet é...
 
 
Dany Logeais : Il y a 60 ans mon mari apprenti chez le serrurier MR Moreau a refait la balustrade en fer forgé avec mr Loustoneau assez âgé
Maryline Dubault : Je suis de Marennes, je ne le connais pas. J'y vais avant la fin de l'année. Je ne connaît que le parc aventures qui est très bien
 
 

Tout neuf

Tout neuf

 

Tout vieux

Tout vieux

 

Encore plus vieux

Encore plus vieux

 

 
 
Dominique Lap
A quelques kilomètres d'Oléron, le château de la Gataudière, classé monument historique, intérieur et extérieur, mérite que vous fassiez un petit détour.
Il ne reste pas une pierre du Moyen-Âge et pour une fois les guerres de religion si destructices en cette région n'y sont pour rien!
C'est son propriétaire, François Fresneau (1703-1770), découvreur de l'hévéa, ingénieur du roi, mathématicien, botaniste et explorateur (ouf!) qui fit détruire la demeure médiévale pour édifier ce château harmonieux et clair.
La petite fille de l'inventeur du caoutchouc épouse en 1794 François Chasseloup de Laubat qui sera sénateur, marquis et pair de France après avoir été Commandant en chef du Génie dans la Grande Armée!
Ce nom de Chasseloup aurait été donné à son auguste lignée par les villageois reconnaissants de se voir libérés des prédateurs par ces seigneurs et saigneurs. Il n'y a donc plus de loups en Charente maritime. D'autres prédateurs s'y ébrouent librement sans que ne se dresse devant eux un Seigneur de Chasse-promoteur!
La façade orientale de la demeure, de style Louis XIV, est un exemple d'harmonie et d'élégance. La blancheur de la pierre de Crazanne, la simplicité du décor de pilastres ioniques, le rythme des fenêtres lui confèrent cet équilibre entre rigueur et grâce, qui définit le grand style français.
Contrairement à bien des châteaux de la Loire et d'ailleurs, celui-ci a préservé son décor et son mobilier. A la Révolution, le château fut épargné et pendant la deuxième guerre, les meubles et les objets précieux furent murés dans une cave et échappèrent ainsi à la voracité nazie.
On entre dans le Château comme on entre chez des amis. Pas d'ostentation, pas de vestibule écrasant, une pièce dont le plafond bas est surprenant, un escalier de belle envolée qui conduit aux salons....