AdresseTéléphone
logo
Marennes For Ever
Soeur Marie Consolata
 

 
Photo Alian Bertrand
Francoise Pierre Mourey : Mon autre grand-mère paternelle
Micheline Delage Cette photo a dû être prise dans la rue de la République à Marennes où est le peintre Poirier

 
Photo Alain Bertrand
Francoise Pierre Mourey Mon arrière grand mère ma grand-mère et ma maman
 
Photo Alain Bertrand
Francoise Pierre Mourey : Ma mémé mon cousin et moi bonheur
Denverette Nani : Votre famille possèdait tous les commerces de Marennes
Francoise Pierre Mourey : Non pas tous les commerces mes grands-parents maternels avaient la boulangerie mes grands-parents paternels avaient articles velos ....pêche et chasse
Marthe Blanc Je me rappelle bien de ta Mémé Mme Nicolas
Frederic Christelle Audebert : Où se situer ce commerce svp?
Francoise Pierre Mourey : Rue de la république c est une pizzeria à la place
Séverine Peron : Vous savez ce qu'est devenue ensuite la boulangerie de M'Gelit ? et le commerce de vélo il était à quel niveau ?
Dominique Sinou : Je m'en souviens bien, la boulangerie se trouvait presque en face de l'école libre ou des soeurs rue la république près du peintre M Poirier , de l'autre côté de la rue, un peu plus bas il y avait l'épicerie Boussicot ou Bourssicot...
 
Eric Givelet : Mr Hervé, proprietaire du café de Paris (papa de Jacky Hervé et Pierre Gaudin (papa de Geneviève Gaudin). Je n'ai pas l'année... 
Micheline Delage : C'est devant la maison de la GM d’Annie Désormeaux et à côté c’était le Crédit Agricole qui maintenant à pris tout la place
 
Jérôme RacinetCe portrait accroché au mur qui m'attend dès que je rentre dans une maison que j'ai à la vente! Mes respects mon Capitaine!
Jacques Delage : Capitaine de vaisseau, on dit commandant
Brigitte Baron C'est LUCAS non
 
Jean-Pierre BaronPortrait d'un de nos membres les plus assidus , rédacteur très avisé, pertinent et cultive,de nombreux posts sur notre page
Bravo Sébastien
Frank Symington C’est un esprit d’un explorateur qui fournit de quoi explorer le son.
Corine Delhumeau Bravo ! Très beau parcours et un exemple pour les jeunes marennais qui ont du mal à se projeter en dehors de cette petite ville..
Dany Logeais Que de plaisir de voir un jeune de Marennes réussir dans un domaine peu connu pour lui une passion : 
Monique Neau Oh !! Mimi et Jean Claude je me souviens en garderie quand tu me parlais de lui ... Belle fierté... bravo!
Nine Dumas Mon Seb, je suis tellement fière de toi ! Ta modestie naturelle dût-elle en souffrir... Artiste du clavier tu es et ça, j'adoreeee et j'adhèreeee 

 
Christian Desormeaux : Le fleuron de la Flotte Marennaise (par défaut) rentrant au port. Le "Sacasous" a un nouveau capitaine bien sympathique, je lui devais bien un cliché !
Nathalie Desse Superbe photo. Tu as l'art de mettre nos éléments de vie en beauté. Merci
Jacky Bocquet : Superbe photo de ce petit caseyeur fileyeur, dommage que le nom du bateau et son immatriculation tienne autant de place à l'arrière ... mais vous n'y êtes pour rien ! pour le reste nous sommes toujours dans la splendeur ! Un très grand bravo !!!
Dany Logeais : Je ne sais pas si vous le savez mais la marine impose des normes de grandeur pour les lettres et les chiffres 
Jean Pierre Baron : Malheureusement c'est le dernier bateau restant de la flottille qui animait encore il y a une quinzaine d'années le port de la Cayenne. Heureusement qu'il est là .
Amy Chambrin : Qui est le nouveau capitaine svp? Un beau bateau tenu longtemps par Lulu
Christian Désormeaux : C'est bien un de ses fils, je le croise en mer et il est très sympa.
Amy Chambrin : Merci de la réponse. j'espérais que ça soit un des deux. C'est bien que ça perdure. Les deux sont dans le métier en plus.
Helene Duc Très belle photo et magnifique bateau que j aperçois quelque fois bravo
Gisele Bernard : Qui est le nouveau capitaine ? Le fils de Lulu.. Alex River  !C'est mon neveu Alexandre le fils de Lucien Rivière celui qui avait le bateau le sacasou.
 
Philippe Robert : Marennes d'antan: Funérailles le 17 avril 1945 du sergent André Lecètre (Mort pour la France).
Brigitte Baron Mon grand oncle qui a été dénoncé
Françoise Gorin : Et martyrisé !
Brigitte Baron : Oh que oui. Papa qui avait 6 ans se souvient de choses terribles
Pascale Douaud Si je ne trompe pas, il me semble que ce même jour, ce fût les bombardements de la poche de Royan qui rasa la ville et alentours
 
Vous vous souvenez d'elle, Marie-Ange Bertrand, qui nous a aidé à supporter les "affres" de la cantine du Collège Jean Hay. C'était la gentillesse même.
Nous voulions lui rendre hommage et lui témoigner toute notre sympathie. Malheureusement elle est décédée jeune et je n’ai jamais pu la revoir. J'aurais pourtant tellement aimé la congratuler pour la souffrance qu'elle a enduré lorsqu'elle était obligée de nous servir ces plats souvent infectes.
Cette photo m'a été transmise par sa grande sœur(Mme Fougeret de Marennes) qui l'a récupérée dans sa famille à Paris d'où elles étaient originaires.
Christian Désormeaux : Mauricette fougeret est ma tante, elles étaient originaires de Marennes. Marie Ange a épousé un parisien et elle est partie vivre à Paris.
Marthe Blanc : Je m'en rappelle bien des deux soeurs l'une habitait près de chez moi Mme Fougeret..sa maison donnait dans notre rue..rue Bel Air
Christian Désormeaux : J'ai également vécu dans cette ferme qui appartenait à mon grand père, on y jouait avec mes cousins et Alain.
Marthe Blanc : Je m'en souviens très bien Philippe Bernard toi et mon Frère..bonne équipe..j'ai oublié Jean Pierre.
Anne-Marie Gudefin : Oui, je m'en souviens, elle travaillait au collège, désolée pour les plats infectes ( définis par le directeur M Montabagano) Maman était la cuisinière.
Gérard Mercier Je suis arrivé au collège de Marennes comme cuisinier en septembre 1967 , et je n'ai pas connu cette personne . Elle était donc là avant .
 
 
Mme Bonucci
Pascal Cribierune pensée pour une maitresse que j aimais beaucoup Madame Bonucci
Maryline Boyer : Et aussi à Mr Bonucci un mec génial qui nous à appris à garder son libre arbitre 
Philippe Vitré Rc : J’ai eu madame Bonucci en CM2 Et Monsieur Bonucci au collège Jean Hay
Murielle Albert : Ouï je m’en souviens bien de madame Bonucci que de bons souvenirs
Pascal Cribier Elle était d'une douceur incroyable et trop patiente avec moi 
Corine Delhumeau M. Bonucci très bon prof d’histoire géo et homme très sympa
Laurence Desvaux J’ai eu M. Bonucci en prof principal en français, histoire et ...
 
Jean Pierre Baron La mère Coraboeuf qui garde ses vaches 
 
C'est avec tristesse que nous venons d'apprendre le décès de Jacky Courtieux (à droite sur la photo).
Son nom est lié aux Établissements Courtieux créés par son père sur la place Galliéni, les eaux minérales et les fameux pains de glace lorsqu'il n'y avait pas encore de réfrigérateur.
Mais Jacky n'était pas qu'un commerçant, c'était un patron estimé et respecté de ses employés parce qu'il les respectait aussi.
Enfin il a été à la fin des années 50 et au début des années 60 la locomotive du BTCV, un club dynamique qui a égayé les habitants de Marennes de par la diversité de ses manifestations.
A sa famille, à ses proches Marennes For Ever présente ses plus sincères condoléances. 
Jean Pierre Baron : Une figure de Marennes nous a quitté; Condoléances a sa famille...
 
Philippe AugusteEn février 2008 Marthe Jacou (en bas au centre) prenait une retraite bien méritée après 41 ans passés au Crédit Maritime. Pour son pot de départ elle était entourée de plein d'amis de Marennes et de Bourcefranc. Saurez-vous les reconnaître ?
Jacky Bocquet Ma super Totoche et plein de mes anciens collègues du Crédit Maritime : Bruno Delguel, Annick Mallet la championne de tennis, mon ancienne et formidable secrétaire Michèle Emery , le célèbre Alain Gandon, Josette Savalette, Philippe Rieu-Berduc, Le King Gilles Rambeau mon grand pote et confident, Chantal Ferré la grande copine de Marthe à la comptabilité au siège à Marennes, et pardon pour les collègues du fond que je vois mal et que je ne parviens pas à identifier mais le front dégarni du gazier qui se cache derrière Philippe Rieu pourrait bien être celui de l'homme qui m'a mis le pied à l'étrier à mes débuts dans l'île de Ré, mon complice de chasse et de rigolade (je ne compte plus les fois où il m'a fait pleurer de rire avec ses sélections de Laurent Gerra) : l...
 
Philippe AugusteEn 1959 Jacky Courtieux (à droite) avait organisé une collecte sur le place de la Poste afin de recueillir des fonds pour son association, le BTCV (Bal - Théâtre - Cinéma - Voyage).
Qui peut dire quelle est cette personnalité marennaise qui allait mettre la main à la poche?
Mélany Courtieux : Une personne en or près à tout pour aider et bourré d’idées
Michel Pabois : J'ai fait 2 saisons chez eux, et j'en garde le meilleur souvenir. Jacky était un patron formidable.
Colette Gaillard René Poitevin
Dominique Sinou : Je pense que tu as raison
Marthe Blanc : C'est Mr Poitevin

 
Madame Delage, de la Chainade, entourée de son fils jacques (en rouge), Dominique Sinou (derrière) et Bernard Pidoux. La photo a été prise en 2010 mais "Yeyette" a toujours bon pied bon œil.
Frederic Christelle Audebert Ha yeyette une gentille dame et adorable, la mémoire vivante de la chainade. Elle a donner de son temps comme conseillère municipale, ainsi qu’à différentes associations dont la dernière où nous étions ensemble le comité des fêtes. Ces enfants peuvent être fiers d’elle.
Christine Abelard Yeyette une gentille dame, bon souvenir d'elle à la paroisse. Elle a beaucoup donné de son temps. Très active
Francoise Pierre Mourey Yeyette est la nièce de Mme Nicolas ma grand-mère c est une femme géniale et surtout tellement positive du bonheur
Pat Grand : Ah super !!! Je l'ai rencontrée cette été. Je l ai prise aussi en photo mais je n o sais pas la mettre. Une très gentille dame et j aime bien prendre de ses nouvelles de temps en temps. Elle a connu une partie de ma famille et en lui montrant des photos, elle a pu nommer des gens. Quel bonheur pour moi.
Veronique Ybard : Yeyette et Christiane menager toute une histoire d amitié de fou rires dans les kermesses, la préparation de fleurs ,de spectacle ,que de bons souvenirs
Monique Giraud : Je me souviens très bien de Yeyette ( je n'ai jamais su son vrai prénom) une belle personne, très gentille et serviable. Je l'embrasse
Marion Vallet : Une bonne amie de la famille Ménagé...
 
 Philippe Auguste
Vous souvenez-vous de « Bébert » CORLOBE ?
C’est le grand-père d’Albert Corlobe, Joseph, qui, préposé des douanes, (lui-même fils de préposé des douanes à Auray, dans le Morbihan), arrive à la caserne des douanes de Marennes, il est affecté plus spécialement à Brouage.
Il se marie le 5 septembre 1885 à Marennes avec une demoiselle de St Georges d’Oléron, Magdelaine Rosa Moquay. Il décédera à Marennes le 25 février 1938.
Joseph et Magdelaine ont eu plusieurs enfants dont Emilien, né à Marennes le 30 octobre 1886. Il épousera, Berthe Richard à Marennes le 24 janvier 1911 mais meurt à la Guerre le 5 mars 1917 à Hoetville dans la Meurthe et Moselle, près de Nancy.
Emilien, exerçant la noble profession d’ostréiculteur, a eu le temps d’avoir un fils, Albert, plus connu sous le sobriquet de Bébert qui, en tant que fils unique, héritera de la maison familiale à Nodes.
Vous l’avez tous connu avec son « solex » et sa remorque naviguant dans toutes les rues de Marennes en criant « qui veut des moules », ou alors " Venez voir ma boutique , ma petite boutique »! La légende dit que des gens avaient porté plainte car ils trouvaient cela un peu osé (*2) ! Bébert avait une autre formule beaucoup plus adéquate : »Achetez les moules de bouchot » !
D’autres sources nous indiquent qu’il vendait aussi « des boucs »(*) à la mesure, dans un verre ou même une boîte de conserve....
 

Epicerie Bouthinaud

Epicerie Bouthinaud
Clemenceau-Piochaud MarylineL épicerie de ma grand-mère place gallieni. On peut voir son nom sur la vitrine. Bouthinaud
Brigitte Baron : Elle était où place Gallieni
Clemenceau-Piochaud Maryline : C'est la rue qui passe devant l église et qui va à la sortie de Marennes. La place se trouve à peu près au milieu
Brigitte Baron : La place je connais les parents de mon beau frère y habitent. La famille COURTIEUX.
C'est la boutique que je ne remet pas.
Clemenceau-Piochaud Maryline : Nous non plus. Ma grand-mère a été obligée de rentrer chez elle en Charente en 1935 donc elle l a vendu . Aujourd'hui je ne sais pas à quoi ça ressemble. Je dois y aller faire un tour pour voir
 
 

Mr Monroux

Mr Monroux
Clemenceau-Piochaud Maryline : Mon grand père devant la place gallieni avec à l arrière dans l angle sa maison
 
Ce n'est pas le car l'important mais la famille
Philippe AugusteIl n'est pas tout neuf, un peu délaissé mais il doit rappeler beaucoup de souvenirs à bon nombre d'entre vous.
Alain Seguin Oh oui je l'ai pris pour aller à l'école
Greg Bonduran Oui j'allais au centre aéré avec 😁 il y a 20 ans déjà 
Chantal Guyonneau Tous les lundis matins direction Lycée de jeunes files à Rochefort (Lycée Merleau Ponty )debout dans l allée car il était bondé il avait ramassé tous les élèves de l Ile d Oléron
Aurelien Chailloleau : Oh que oui, surtout lorsque mr poitevin nous emmener au centre aéré ou venait nous chercher à l'école... Dommage qu'il soit aujourd'hui dans cet état là...
Dany Logeais Pour aller à l'internat le dimanche à Royan à 16h nous avions un car beaucoup plus vieux et il avait fallu se bagarrer pour en avoir un. C'était le fils poitevin qui le conduisait
Christelle Thomas : Et moi je le voyais tous les jours car j habitais en face du garage avec mes parents
Jean Pierre Baron Et encore celui-ci était moderne il faut se rappeler des vieux cars d'où il fallait descendre et pousser dans les pentes un peu raides
Seb Moiz Je l'ai pris pour aller à l'école
Céline Coval Pouette pouett
Mélanie Peneaud : Oh punaise oui !
Lydie Romet C'est une photo du bus récente ? si oui il faudrait en faire un muséee !!!!
Hugues Pierre A mon époque le car bleu et le car...
 

Le Marquis de Chasseloup Laubat

Le Marquis de Chasseloup Laubat



Roselyne Chauderlot1963 . Remise de prix ( Ici,le 2' prix..)♡ du concours Marennes- Britlingsea par le Marquis De Chasseloup Laubat, avec votre amie Roselyne, en classe de 4 ’ au collège Jean Hay....Avec son épouse, il était assez impliqué dans la vie Marennaise.
 

Mme Hible

Mme Hible
Pat Grand : Madame Hible, une personne adorable qui m'a donné la passion de la lecture. Elle habitait La Chaînade, si mes souvenirs sont bons. Certains d'entre vous l'ont connu.
Ginette Roland Que oui !!! elle nous donnait des cours d'anglais. Une femme adorable
Jacky Rabeau : Oui, moi Michelle Rabeau, je l'ai bien connu. Nous habitions La Chainade et nous étions voisins. J'allais chez elle pour le français et le calcul. Elle me donnait des astuces et je ne les ai pas oubliés. Une femme très charmante, calme et très douce. Je pense à elle de temps en temps.
Jacky Rabeau Si c'est pas indiscret, elle s'appelait comment votre grand-mère ? Peut-être l'ai-je connue. J'ai vécu longtemps à La Chainade.
Pat Grand : Ma grand mère : Noëlie Latour et mon grand père, qui habitait aussi la Chaînade : Moïse Grand. Ils sont allés ensuite habiter là où il y a le Mac do maintenant.
Sylvie Lebeau Privat (vente d'huitres)
Jacky Rabeau : Ca me parle, leur maison se trouvait-elle à côté de la place du canton ?
Sylvie Lebeau : Elle était effectivement sur une place,derrière le château d'eau.
Guy Dufour C'était une vieille dame adorable, elle me donnait des cours d'anglais.
Solange Mack Oui maintenant c'est chez mr Vauzelle il l'a acheté ...
Françoise Rabaud Elle m'a donné des cours d'anglais. Une dame adorable
Jacques Delage J’habitais à côté de chez elle et j’ai pris pendant des années des cours d’anglais
Chantal Guyonneau : Une femme ecceptionnelle !!!! Que de beaux souvenirs avec elle !!
 

Rino Stocchi

Rino Stocchi
Philippe Auguste : Saverio Stocchi plus connu sous le prénom de Rino. Il a fait danser toute une génération de marennais, fait battre des cœurs et naître des idylles, personne ne l'a oublié. Merci Rino pour ces moments magiques.
Yannick Veilleatoi : Dernière fois que je l'ai vu été 2019 place de St sornin piquenique
Solange Mack : Wouah ! J'étais jeune mais je me souviens de lui j'adore
Pascale Douaud : Est ce le père de Dominique?
Dany Logeais : Non son frère
Jacqueline Hermand : Je suis très admirative de toutes ces diverses connaissances sur Marennes, je suis pourtant marennaise depuis ma naissance (ROUYER Jacqueline) mais alors tu me schotches à chacun de tes commentaires sur tout Marennes BRAVO pour ta mémoire !!! Et continue, je me régale !!!
Colette Bertrand : Whaou j’adore il donnait des cours en accordéon à mon frère qu’est t-il devenu?
Philippe Auguste : Il navigue entre Vaux sur mer et la Thaïlande
Paulette Baron : Je suis allée à l’école primaire avec lui , à Saint Sornin .
 

Robert Alexandre Jouant



Vanessa Moiroux: Je voudrais rendre hommage à une personne qui a sublimé mon enfance. Il s'agit de mon grand père. Robert Alexandre JOUANT né le 7août 1924.
Il nous a quitté en 1990 en laissant un grand vide dans notre vie. Lui qui a fait de si belles choses pour la commune de Marennes où il a travaillé comme cantonier pendant des années. Il a aussi œuvrer pour le syndicat (ponts et chaussées) puis il a donné 22 ans de sa vie au service des Pompiers volontaires de Marennes de1960 à 1982.
Je suis très fière d'être sa petite fille et j'ai toujours la chance d'avoir ma grand mère Lucette JOUANT pour nous rappeler le grand père merveilleux qu'il a été.
Clémence Fagot: Hoooooo ! Mon papi d’amour ! J’aurais aimé le connaître et partagé de si belles choses avec lui.
Geneviève Gailler : Mon parrain
Andrea Dea : Hoooo ... c est notre papy Bébert ... merci Vanou pour ce très bel hommage ..
Coquelicot Sauvage: Oui au Lindron, c'était un Homme discret, travailleur... Bel Hommage
Jean Pierre Baron : Bel hommage d'une petite fille a son grand-père
Michelle Sorlut : Une très bonne personne plein d'humour beaucoup de rigolades avec notre Bebert ,toute mon enfance bel hommage Vanessa il le méritait.
Martial Vieuille : J'etais pompier avec lui tres bons souvenirs
Marie Bergeon : Conbien de bons moments passés, toute Notre enfance tres bel hommage qui lui et rendu
Veronique Ybard :Très bons souvenirs avec lui qui faisait partie de l'équipe de mon grand-père aussi bien a la commune qu'aux pompiers
Jean-Marie Roiron : Je me rapelle quand j4habitais a la mairie
Valérie Dussaud  : Un grand monsieur...
 
Vanessa Moiroux: Ma maman était serveuse au National (à gauche) en compagnie de madame CORSI (à droite) dans la cuisine du restaurant
Jocelyne Michelle : Le national avec madame Cossi le bal tout les dimanches que de souvenirs
Michelle Sorlut : Oh là là oui, tu as un tout petit peu changé Christiane
Annie Zambon : Bien connu que de vieux souvenirs
Marc Lepré : Madame Corsi, belle époque
Micheline Delage : Pour moi, c’est aussi de bons souvenirs, Me Corsi, une dame très agréable toujours le sourire. Tout cela est loin maintenant, mais c’était notre jeunesse
Jean-Marie Roiron : Oui notre jeunesse une bonne époque
 

Nicole Robert

Nicole Robert
 
 
Michel Andrieu : Je me suis permis de mettre en ligne cette photo car cette dame était très fière de poser avec sa quichenotte qu'elle conservait religieusement du temps ou elle était jeune fille. Elle n'est plus là malheureusement, mais je suis certain qu'elle aurait eu plaisir de se revoir. En la partageant aujourd'hui avec vous,c'est pour moi une façon de lui rendre hommage.
Cedric Dodin: Ca me fait penser au restaurant la Quichenote à Nodes il me semble.
Marie Bergeon : On y mange bien que de souvenirs
Christine Turpin : La Quichenotte se trouvait à la Chainade
Frederic Christelle Audebert : Le restaurant la Quichenotte ne se trouvait pas à Nodes mais à La Chainade rue des Bois, maintenant c’est une maison d’habitation
Micheline Delage : J’ai porté la quichenotte pour une cavalcade j’étais gamine,je peux dire que tu n'es pas à laise, tu ne vois pas sur les côtés il faut que tu tournes bien la tête
Clemenceau-Piochaud Maryline : Moi aussi. Je l'ai toujours. D ailleurs j ai des photos de la cavalcade,
Pascal Cribier : La quichenotte je m en rappelle je vendais ma pêche de sourdons avec mon beau frère mais c était il y a longtemps
Dominique Grand-Dalmau : En plein détroquage
 
 
 

Famille Grand

Famille Grand
 
 
Pat Grand : Une photo bien abîmée mais peut être intéressante au niveau ethnologique, au niveau des vêtements. Parmi ces dames, se trouve la belle mère de ma grand mère : Victorine GRAND
Ysa Chambaud : Vous êtes vous parent avec Gilles Grand ?
Pat Grand : Peut être, je ne sais pas. J'essaie de reconstituer ma famille. Les seuls Grand que j ai connu : Grand Moïse, Jean, Léonce. Peut être..
Ysa Chambaud : C 'est mon beau père, il vit sur Bourcefranc
 

Lili

Lili
 
 
Clemenceau-Piochaud Maryline : Allez hop , prête pour la marée. Ma maman dans les années 50 . Elle travaillait chez Pierre et René Baron
Jean-Pierre Baron : : Oui Lily qui travaillait en face la cabane de mon père chez mon grand-oncle Pierre dit Bisco
Jean Pierre Baron : Elle mangeait le midi devant la cheminée à la cabane avec ma mère Sylvette
Dany Logeais : Lili et son mari étaient les voisins de mes parents à la cité du fief des Forges (Danielle Chotard)
 
En fait Lili s'appelait Louise Monroux. Mais à sa naissance son frère et  sa soeur, qui n'aimaient pas ce prénom l'ont appelé Jocelyne. D'où le diminutif de Lili ou Lyline.
Dont acte! Notre grand-père, René Monroux, était originaire de Marennes et surtout toute sa famille ascendante . Grassineau, Moquet, Guyonneau...
 
 

Jean Hay

Jean Hay


Philippe Robert : Marennes le 23 juin 1940 rue de la République, Mr William Bertrand (à gauche), ancien Maire de Marennes et Mr et Mme Jean Hay.
 

Maman Sœur Consolata

Maman Sœur Consolata
 
 
Cindy Christophe Maillet : Chez Maman Soeur à côté du parking de Leclerc, la photo date du 24/10/1992.
Alexandra DM Alonso : Ma petite sœur, Pauline de l’autre côté de Maman Sœur.
Marie-claude Moizant : Ma petite Emilie y était en 1989
Aline Chotard Manzanal : Sœur Consolata
Jean-Marie Roiron: Des femmes qui sont des exemples mais je pense que les jeunes qui se lancent maintenant dans ce métier près des enfants le font grâce à des personnes qui ont été des référentes comme elle
Françoise Gorin : C'était qui "Maman Soeur"?
Philippe Auguste : Voici quelques renseignements complémentaires : Sœur Consolata venait du Grau du Roy dont elle avait gardé l'accent.
Elle a dédié sa vie aux enfants avec la garderie qui était aussi son logement. Elle s'occupait des enfants à la messe dans les années 80. Elle est d'une extrême gentillesse et générosité.
Elle est partie de Marennes il y a plus de 20 ans pour une maison de retraite, en Vendée je crois.
Oceane Solene : Très belle photo. C'est au combien de la rue de la république SVP ?
Cindy Christophe Maillet : C’était la première maison juste à côté du parking leclerc parce qu’il y avait le portail qui donnait sur le parking...
 

Ministre

Ministre
 
Pat Grand : Ah oui, je l'ai connu !!!! (pas perso mais je le croisais souvent). J'en profite pour me présenter. J'ai vécu pendant mon enfance à Marennes. Mes grands parents vivaient là où il y a le Mac Do maintenant (sniff) et ils étaient ostréiculteurs à Bourcefranc le Chapus. J'espère bien pouvoir revenir y habiter définitivement dans 3 ans. C'est ma région de coeur !!!Belle journée et merci pour ces souvenirs
Jacky Bocquet : Je me souviens très bien de lui. Je ne l'ai pas connu personnellement mais son look faisait de lui un personnage singulier et une image typique du marin que l'on peut parfois retrouver dans les bandes dessinées.
Lydia Bergniard : Ce n'est pas lui que l'on appelé ministre!! il avait toujours un sabot rouge et un sabot vert!!
Thaly Baret : Nous avions acheté la maison , où lui et sa dame étaient nos locataires, petite, il me faisait peur, car il était assez impressionnant..
Jean Pierre Baron : Quel vieux marennais ne l'a pas connu? Sa photo etait même accrochée dans la mairie de la cité anglaise de Brigthinsea(je ne suis pas sur de l'orthographe) jumelée avec marennes
Pascale Douaud : Il s' appelait de son nom Auger et sur ses sabots était inscritSur l' un " tu me fais ch..."
Sur l'autre " et moi je t' emm...."
 
 

Ministre est décédé

 
Pat Grand : Savez vous quand il est mort ?
Jean Pierre Baron : Il faut se méfier de la rumeur : quelques années avant son départ il était passé pour mort mais la vérité était qu 'il avait entouré sa pipe avec du scotch et le dernier qui l'avait vu fit courir le bruit "Ministre à cassé sa pipe "
Isabelle Guerinet : Ah oui, je m'en souviens de ce monsieur, j étais toute jeune mais je m'en rapelle bien.
Cocomimiyaya Lolo : Et puis ces fameux sabots il etait toujours devant sa porte à dire bonjour aux gens aussi on le surnomait monsieur le ministre lol
Jacqueline Hermand : C'était un personnage !! Ses sabots étaient chacun d'une couleur différente et pendant un temps il avait inscrit sur l'un "je t'aime" sur l'autre "j't'enmerde" et si on riait, on s'en prenait plein les oreilles. Moi, je changeais de trottoir mais "discrétement " sinon j'y avais droit !!! Quel phénomène !!!
Claude Michel : Êtes vous bien sûr de sa date de naissance ?
Maryline Chambaud: Je me rappelle très bien de lui c'était un personnage j'avais 20 ans quand il nous a quittés ça a touché énormément de gens sur Marennes
 

Madame Garnero

Madame Garnero
Amandine Taudiere : Mme Garnero mon professeur de danse
Emmanuelle Horn : Elle me faisait trop peur moi...
Amandine Taudiere : Oui elle été stricte
Jacqueline Jouant : Très bon professeur!!
Christelle Oliveau : J'ai de très bons souvenirs avec elle. Elle était incroyable et surtout passionnée.
Jeanluc Dussaud : Très gentille et dévoué je faisais partie du gala j'ouvrais et fermais le rideau
Clémence Fagot : Mme Garnero, cette professeur était génial ! Elle me faisait rêver !
Patrice Lussier : Mne Garnero ..ok mais qui est ce petit bonhomme..??

 
 

Madame Corsi

Madame Corsi
 Vanessa Moiroux : Notre très regrettée Madame CORSI qui tenait le bar restaurant le National. Ma maman travaillait dans son restaurant et quand j'étais petite elle
m' autorisait à venir la voir dans la cuisine où elle me préparait ses pâtes et son chocolat chaud à l'italienne. Même après sa retraite bien méritée, elle nous a gâté.
Nini Cocole : Il n'y avait plus de bal à mon époque, trop injuste, le Maire voulait plus pfttt je parle des Années 74 à 77 !!
Jacky Bocquet : Je me souviens bien de Madame CORSI qui était si gentille
Yvette Rouyer : Ohlala que de bons souvenirs j ai travaillé au National et la paille de fer pour nettoyer la salle de bal plus la cire. J'attendais le dimanche pour retrouver les copains
Ginette Roland : On y dansait tous les dimanches avec de vrais orchestres. Qui se souvient de Rino Stocchi et son orchestre. Trop bien je me suis éclaté à danser
Jacqueline Hermand : Oui je me souviens bien de Rino Stocchi et son accordéon !! C'était du bonheur, même si moi je ne dansais pas très bien à part les slows
Martine Pogut : Et Mr Trepeau et son accordéon ????
 
 
Mme Nicolas

 Mme Nicolas


 
Jocelyne Michelle : Ha Madame Nicolas! J'ai travaillé pour elle pendant au moins un an en tant qu'aide à domicile, une dame qui na pas eu beaucoup de chance dans la vie sa maison en face de Leclerc
Jacques Delage : C’est ma grande tante, la sœur de ma grand mère maternelle Johannel, lorsque j’étais à l’école des sœurs je finissais mes après midi à la boulangerie.
Jacques Delage : C’est mon arrière grand mère
Jacques Delage : Ma grand-mère je ne l’ai pas connue elle est décédée ma mère avait 6 ans
Francoise Pierre Mourey : Je ne l'ai pas connu longtemps mais j adorais allez chez elle et il y avait aussi mon arrière-grand-père qui mettait sa chique dans son béret il y avait tante Georgette la couturière
Jacques Delage : Grand père Georges dit Toto, c’était un phénomène à la Chainade il n’était pas toujours facile et avait le coup de béret rapide. Si je comprend bien nous sommes cousins
Francoise Pierre Mourey : Certainement je suis la fille de Danielle et Georges P...
 

Robert Etchebarne

Robert Etchebarne
Né le 21 février 1911 à Marennes (Charente-Inférieure), demeurait à Saint-Georges-d’Oléron (Charente-Maritime). Arrêté le 21 octobre 1943, Fusillé le 11 janvier 1944 à 32 ans.
Jean Pierre Baron : J'ai connu dans ma jeunesse sa femme et ses filles qui habitaient une petite maison à proximité de chez mes parents à la cité Leclerc
Bertrand Letourneau : Saluons son courage pour le bien de tous ! Bien triste que ce héros de la nation se soit fait prendre
Julie Brochon : Incroyable ! Fascinant
Ginette Roland : Ce sont donc les fils qui tenaient le magasin de primeurs rue Dubois Meynardie. Je n'aimais pas assez l'histoire pour être aussi précise, mais j'ai le souvenir des deux frères au magasin et dans la même période la pâtisserie Le chapelain et l'autre pâtisserie Descazeaux
Gabriel Lagrange : J'ai bien connu sa soeur Annette
 

Mademoiselle Laurencie

Mademoiselle Laurencie
 Marie-claude Baillargeau : Très bon souvenir j ai fait beaucoup de pièces de théâtre avec elle
Jean-Marie Roiron : Extraordinaire cette photo 1er au hit parade. Un jour enfant de coeur je rentre dans la sacristie en disant... ha ça j'adore..elle m'a répondu ...on adore que le BON DIEU
Maryline Jouinot : Oh lala que de bons souvenir avec Mlle Laurancie
Jean-Marie Roiron : Elle doit être en place VIP EN HAUT C'EST SUR
Laurence Desvaux : Une figure de Marennes !
Patricia Pelleray : Quelle Gentillesse elle était. J'adorais l'entendre parler en patois
Martine Jeanine Taudiere Terriere :  Que de beaux souvenirs patronage théâtre une grande dame adorable!!!!
Sylvie Chevalier : Le patronage le jeudi avec Melle LAURENCI. Elle me faisait faite des sketchs en patois charentais. Que de bons souvenirs
 
 

Le père Chagnon

Le père Chagnon


Jean Pierre Baron  : Marcel Chagnon une figure de nos années en primaire puis au collège
Mireille Boisson Joneau : Pas toujours facile comme prof de maths
Dominique Sinou  : Un Monsieur qui a fait honneur à son métier, voire sa vocation certainement
Jean Pierre Baron: Mr Gallois avait fait la classe alors qu'il était tout jeune enseignant à mon grand-père né en1900 puis dans les années 30 à mon père né en 24

 

Madame Rouanné

Madame Rouanné


Mélany Courtieux : Année 1972 catéchisme avec Mme Rouanné.
Dany Logeais : Elle m'a donné des cours particuliers quand j'étais en primaire elle habitait rue de Verdun
Pascale Douaud : Isabelle Humblot, Cathy Sonnette, Séverine Cremieux, Nathalie Bertin et Maryline Baron....
 

Le Chanoine

Le Chanoine
 
 
Nini Cocole : Le père Guérande c'est lui qui m'a communiée...il y avait aussi sa "bonne" qui était sa sœur Mle Guérande !!
Dominique Grand-Dalmau : Vu les dates c'est celui avec qui on a fait la communion privée. Celui qui nous avait "rebaptisées" avec d'autres prénoms
Pat Grandet : C'était là que les femmes du catéchisme n'étaient pas sympas ? Et qu'on avait des bons points ou pas !
Maithé Cartier Poirier : Elle ne prenait par les cheveux et ne faisait traverser l'église pour me faire mettre à genou sur les marches devant l'hôtel...pour me punir...je n'étais pas très sage...mais quand même..La sœur du curé...mauvais souvenirs...avec elle ...lui un homme bon .
Lydia Bergniard : oui elle était méchante!!
 

Irène De Lipkowski et le Marquis de Chasseloup Laubat

Irène De Lipkowski et le Marquis de Chasseloup Laubat
 
 
Jean-Marie Roiron : A gauche mes grands parents concierge à la mairie de Marennes
 

Mme De Lipkowski

Mme De Lipkowski
 
 
Francois Gautron : Grande dame grande simplicité, véritable humanisme et attentionnée pour les petites gens outre que son entregent rendait efficace rapidement les interventions ça pas du être faciled' imposer la piscine intercommunale
David Daimé : C'est pas Adrien Meunier au premier plan ?
Jean Pierre Baron : Je pense aussi à Mr Meunier, le père de Jocelyne et Christiane
 
Dominique Lap : Irène de Lipkowski le 3 décembre 1898 à Dun-sur-Auron (Cher) et décédée le 16 août 1995 à Paris, est une femme politique française. Elle a été maire de Marennes de 1965 à 1971.
Patrice Nereaud : Pour les friands d'anecdotes : Son fils Jean Noël en 1967 ( Oui, vous avez bien lu 1967 ) arbitra le dernier duel qui eut lieu en France. Les deux protagonistes étaient Gaston Deferre contre Réné Ribière et l'arme choisie, l'épée. Vainqueur ?.. Le Maire de Marseille après deux estocades et quelques gouttes de sang au niveau du bras de son adversaire.
Pour ceux qui désirent regarder la vidéo du duel
 

Jean Roulaud

Jean Roulaud
 
 
Jean Pierre Baron : Existait aussi le "bœuf Rouleau "un fortifiant de notre enfance fabriqué par Mr Roulaud le pharmacien
Anne Marie Tabibi : SÈVE Jean Rouleau il fait fort !
Lydjac Bdx : Eh bien ! J'ai suffisamment de bouteille ... j'en ai consommé de ces pastilles !
Philippe Auguste : Ma mère a commencé à travailler chez Jean Roulaud. Le préparateur s'appelait M.Pion.
 

Une centenaire à Marennes

Une centenaire à Marennes
Philippe Auguste : Une centenaire à Marennes
Dans le journal La Croix du 30 octobre 1912 on signale que la municipalité de Marennes organise le 3 novembre une grande fête populaire en l’honneur du centenaire de Mme Audoyer.

Dans le journal Le Gaulois en date du 19 août 1913 un entre-filet signalait le décès de Mme Audoyer, la veille à Marennes.
 

Jacky Hervé, un monument de Marennes

Jacky Hervé, un monument de Marennes

 
Furet le charcutier
 
 
 
 
Clemenceau-Piochaud Maryline : Je m'en rappelle, j'allais souvent chercher du graton pour le panier à mon père.
Catherine Chaillé : Les grattons du Père Furet , un vrai régal !
Micheline Delage : Arlette,leur fille était notre copine, nous étions quatre filles qui se retrouvions tout les dimanches, nous allions au National danser le dimanche après-midi.Pour les parents d’Arlette c’étaient des gens très gentils, j’en garde que de bons souvenirs
Christian Chagnon : Oui,avec de la sciure au sol ! L'épicerie Rolland, le fromage râpé à la demande, "fils" qui distribuait les bananes aux enfants. Les gratons charentais et le gigourit du père Furet , nos "madeleines" à nous Marennais !...
 

La famille Mourey

La famille Mourey
 
 
Francoise Pierre Mourey : La photo a été prise rue de la république la boulangerie qui est maintenant une pizzeria et quant ma maman devait avoir sur cette photo 3 a 4 ans et elle était des années 1930
Jean Pierre Baron : D'accord la boulangerie Nicolas
Francoise Pierre Mourey :Je ne sais plus je sais qu il y avait une école de bonne sœur en face de chez mes grands parents
Dominique Sinou: Ok boulangerie Nicolas
Ginette Roland : Et ensuite Mr Gellie
 

Mr Feuillet ancien maire de Marennes

Mr Feuillet ancien maire de Marennes
 
 
Francois Gautron : Grande figure très humain c'est avec lui que fut impulsé l'échange avec Brightlingsea, particulièrement novateur
Jean-Marie Roiron : Alors merci monsieur Feuillet pour les petites anglaises
 
 
 
 
Dominique Lap : Ce fils d’artisan né à Tonnay-Charente. « bon médecin » notamment avec les enfants, dévoué à la tâche, travaillant le matin, le soir et le week-end. Son métier, c’était sa vie, une véritable vocation. Il parlait souvent de la maternité de Marennes et des quelques 500 enfants dont il avait accompagné la naissance.
Bon vivant, il appréciait le contact direct avec les gens . Son investissement auprès des sapeurs-pompiers de Marennes était une fierté et comptait beaucoup pour lui, l’incitant à siéger au SDIS de Charente Maritime.
Celui qui fut médecin de 1969 à 2006, qui œuvra aussi à la maison de retraite comme à l’hôpital où il pratiquait les accouchements, fut aussi un homme politique.
Sans étiquette, il fut toujours apparenté à la majorité départementale de Claude Belot, puis de Dominique Bussereau. Il fut d’abord conseiller municipal de Marennes (sur la liste de Roger Hattabe) en 1995. S’il n’emporta pas la mairie ni en 2001, ni en 2008, il gagna le canton en 2004. C’est d’ailleurs grâce à lui que le Conseil général resta à droite et que Claude Belot fut réélu président. Marié, père et grand-père.
L’ancien médecin de Marennes s’est éteint un samedi à son domicile, des suites d...
 
 
Photo Alain Bertrand
Francoise Pierre Mourey : Ma mémé mon cousin et moi bonheur
Denverette Nani : Votre famille possèdait tous les commerces de Marennes
Francoise Pierre Mourey : Non pas tous les commerces mes grands-parents maternels avaient la boulangerie mes grands-parents paternels avaient articles velos ....pêche et chasse
Marthe Blanc Je me rappelle bien de ta Mémé Mme Nicolas
Frederic Christelle Audebert : Où se situer ce commerce svp?
Francoise Pierre Mourey : Rue de la république c est une pizzeria à la place
Séverine Peron : Vous savez ce qu'est devenue ensuite la boulangerie de M'Gelit ? et le commerce de vélo il était à quel niveau ?
Dominique Sinou : Je m'en souviens bien, la boulangerie se trouvait presque en face de l'école libre ou des soeurs rue la république près du peintre M Poirier , de l'autre côté de la rue, un peu plus bas il y avait l'épicerie Boussicot ou Bourssicot ( ortho ?)
Francoise Pierre Mourey : Lorsque vous êtes devant la boulangerie à gauche vous aviez un marchand d d'huitres famille Jacou et après c etait mes grands-parents paternels
Dominique Sinou : Le commerce de vélos c'était M Charbonnier puis M Sylvain juste avant le salon de coiffure pour hommes qui a été tenu par M Chiron ( j'étais en barboteuse ) puis j'ai oublié le nom et ensuite M Autran ? et dans les années 50 il y avait à côté un cordonnier qui s'appelait Del Corbo
Jean-Marc Pointecouteau : Je reconnais bien Jean-Jacques BILLEROU
Jacques Delage : Ma grande tante Nicolas devant la boulangerie, j’y finissais ma journée de maternelle, située en face. A moi les pains au chocolat donnés par oncle Jean. Souvenir de près de 70 ans.
Francoise Pierre Mourey : J'aimais quant ma grand-mère fesait griller le pain pour mon ptit déjeuner c est de très bon souvenirs
Micheline Delage : La boulangerie Nicolas c’est l’ancienne boulangerie Gielly , maintenant la Saladerie , rue de la République

Vous vous souvenez d'elle, Marie-Ange Bertrand, qui nous a aidé à supporter les "affres" de la cantine du Collège Jean Hay. C'était la gentillesse même.
Nous voulions lui rendre hommage et lui témoigner toute notre sympathie. Malheureusement elle est décédée jeune et je n’ai jamais pu la revoir. J'aurais pourtant tellement aimé la congratuler pour la souffrance qu'elle a enduré lorsqu'elle était obligée de nous servir ces plats souvent infectes.
Cette photo m'a été transmise par sa grande sœur(Mme Fougeret de Marennes) qui l'a récupérée dans sa famille à Paris d'où elles étaient originaires.
Christian Désormeaux : Mauricette fougeret est ma tante, elles étaient originaires de Marennes. Marie Ange a épousé un parisien et elle est partie vivre à Paris.
Marthe Blanc : Je m'en rappelle bien des deux soeurs l'une habitait près de chez moi Mme Fougeret..sa maison donnait dans notre rue..rue Bel Air
Christian Désormeaux : J'ai également vécu dans cette ferme qui appartenait à mon grand père, on y jouait avec mes cousins et Alain.
Marthe Blanc : Je m'en souviens très bien Philippe Bernard toi et mon Frère..bonne équipe..j'ai oublié Jean Pierre.
Anne-Marie Gudefin : Oui, je m'en souviens, elle travaillait au collège, désolée pour les plats infectes ( définis par le directeur M Montabagano) Maman était la cuisinière.
Gérard Mercier Je suis arrivé au collège de Marennes comme cuisinier en septembre 1967 , et je n'ai pas connu cette personne . Elle était donc là avant .
 
Mme Bonucci
Pascal Cribierune pensée pour une maitresse que j aimais beaucoup Madame Bonucci
Maryline Boyer : Et aussi à Mr Bonucci un mec génial qui nous à appris à garder son libre arbitre 
Philippe Vitré Rc : J’ai eu madame Bonucci en CM2 Et Monsieur Bonucci au collège Jean Hay
Murielle Albert : Ouï je m’en souviens bien de madame Bonucci que de bons souvenirs
Pascal Cribier Elle était d'une douceur incroyable et trop patiente avec moi 
Corine Delhumeau M. Bonucci très bon prof d’histoire géo et homme très sympa
Laurence Desvaux J’ai eu M. Bonucci en prof principal en français, histoire et géo en 6eme dans les années 70. Très bon prof.
Guerin Colette : Je me souviens une belle femme sportive sympa malheureusement partie trop tôt
Sylvie Fin J'avais Mr Bonucci en 6ème et c'ètait mon prof principal et mon prof de Français, je m'en souviens très bien. Il ètait très gentil. C'est lui qui m'a appris à aimer cette matière...
Alain Bertrand : Mme Bonucci a été mon instite en cp et son mari mon instit à bourcefranc . Je n'ai pas de mauvais souvenirs.
Cedric Dodin Son mari m'a fait aimer l'histoire geo.. Un prof qui vivait son cours
 
C'est avec tristesse que nous venons d'apprendre le décès de Jacky Courtieux (à droite sur la photo).
Son nom est lié aux Établissements Courtieux créés par son père sur la place Galliéni, les eaux minérales et les fameux pains de glace lorsqu'il n'y avait pas encore de réfrigérateur.
Mais Jacky n'était pas qu'un commerçant, c'était un patron estimé et respecté de ses employés parce qu'il les respectait aussi.
Enfin il a été à la fin des années 50 et au début des années 60 la locomotive du BTCV, un club dynamique qui a égayé les habitants de Marennes de par la diversité de ses manifestations.
A sa famille, à ses proches Marennes For Ever présente ses plus sincères condoléances. 
Jean Pierre Baron : Une figure de Marennes nous a quitté; Condoléances a sa famille
Saramay May : Condoléances de la famille Martinet... Nous l'avons très bien connu.
Hugues Pierre Sincères condoléances beaucoup de souvenirs..
Veronique Ybard : Sincères condoléances à Fabrice et sa famille
Sylviane Houssay : Rip un excellent patron qui savait donner sa chance à pas mal de jeune sincère condoléances. A tous
Pierre-Emmanuel Sarrailh : Un grand Homme au grand coeur. Sincères condoléances à sa famille. 
Michel Pabois : J'ai fait deux saisons 83 et 84 à la maison Courtieux. Après toutes ces années, je me sens toujours honoré d'avoir eu un tel patron. Si Fabrice et Mme Courtieux me lisent, je leur adresse mes plus sincères condoléances.
Corine Liege Au café françaisnous avons toujours été livré en temps et en heure week-end,jours fériés inclus.. De nos jours, nous n'avons plus rien de tous ces services Société de loisirs et non plus la conscience professionnelle qui a toujours existe chez la famille Courtieux a qui je présente mes sincères condoléances.
Jerome Sipon Pro : Sincéres condoléances,ah les fameuses parties de tarots
Marc Lepré : Mes plus sincères condoléances à Fabrice dans l'une des plus difficiles épreuves de la vie qu'est perdre son papa. ceux que l'on aime ne nous quittent jamais. Amitiés.
Christine Abelard : Sincères condoléances à toute la famille et à Fabrice.
Patrice Nereaud Immense tristesse et à jamais un très grand vide, merci Philippe Auguste pour lui et pour nous sa famille.
Momosardine Dedieu : Condoléances j'ai habité chez eux pendant plusieurs années dans un petit logement au dessus des garages
Alain Seguin : Condoléances à la famille bien connue les boissons courtieux des gens très sympathique placeGalieni
Dany Logeais : Condoléances à sa femme et à sa famille et un grand respect pour tout ce qu a fait mr Courtieux pour le travail des marennais et son implication dans la vie marennaise
Muriel Clemenceau : Trop triste Condoléances à Mme Courtieux et à toute sa famille
Sylvie Monrouzeau Énorme tristesse on l'aimait beaucoup, il s' éloigne mais nous quitte pas. condoléances à Monique, ses enfants et petits enfants
Ghislaine Gourdin Gambard : Sincères condoléances à toute sa famille un marennais qui nous quitte
Chantal Viollet : Triste nouvelle, sincères condoléances à toute la famille et à Fabrice ancien voisin, il nous reste les très bons souvenirs de Monsieur Courtieux.
Dominique Sinou Que de souvenirs, triste information, en ces moments la jeunesse est dans la mémoire, condoléances à toute la famille
Denver Oleron : Un homme., un vrai , sincères condoléances.
Gilette Garnier : Sincères condoléances il a fait beaucoup pour le BTCV
Mélany Courtieux : Un grand homme qui a réussi tout ce qu’il entreprenait. Comme il disait souvent « quand tu veux tu peux il faut juste s’en donner la peine, crois en toi et à tes rêves » merci pour vos messages
Philippe AugusteEn février 2008 Marthe Jacou (en bas au centre) prenait une retraite bien méritée après 41 ans passés au Crédit Maritime. Pour son pot de départ elle était entourée de plein d'amis de Marennes et de Bourcefranc. Saurez-vous les reconnaître ?
Jacky Bocquet Ma super Totoche et plein de mes anciens collègues du Crédit Maritime : Bruno Delguel, Annick Mallet la championne de tennis, mon ancienne et formidable secrétaire Michèle Emery , le célèbre Alain Gandon, Josette Savalette, Philippe Rieu-Berduc, Le King Gilles Rambeau mon grand pote et confident, Chantal Ferré la grande copine de Marthe à la comptabilité au siège à Marennes, et pardon pour les collègues du fond que je vois mal et que je ne parviens pas à identifier mais le front dégarni du gazier qui se cache derrière Philippe Rieu pourrait bien être celui de l'homme qui m'a mis le pied à l'étrier à mes débuts dans l'île de Ré, mon complice de chasse et de rigolade (je ne compte plus les fois où il m'a fait pleurer de rire avec ses sélections de Laurent Gerra) : le super fiscaliste Jean-Marie Souchet. Tous ces collègues magnifiques de gentillesse, de simplicité, de fidélité en amitié, des gens d'une grande droiture avec qui j'ai eu l'honneur et le plaisir de travailler, des personnes super super bien !!! je vous aime tous et je n'en ai oublié aucun ni aucune ! bises à tous ! vous êtes comme ma famille.
Jacky Rabeau : Quelques noms de bas en haut : jmarie guibert, aurélie vilalta, bruno delguel, marthe blanc, annick mallet, masfrand, michele emerit, jean luc bernat, fadila, aurelie zomenio alain gandon, josette savalette, philippe rieu-berduc, gilles rambeau, stephanie thoumere, jean marie souchet, chantal ferre....
Frederic Christelle Audebert Dominique LEGOUX - ? – Chantal FERRE – Maryline CAQUINEAU – Christelle AUDEBERT - Jean-Marie SOUCHET
Anne-Sophie LEROUX– Gilles RAMBEAU – Philippe RIEU-BERDUC
Marie-Edith ROCHETEAU – Alain GANDON –
Jean-luc BERNAT - Aurélie ZOMENIO – Josette SAVALETTE – Virginie TRUEL
Michèle EMERIT – Fadila SAKER
Fabrice MASFRAND – Annick MALLET – Marthe BLANC – Bruno DELGUEL - Celine LADEVEZE - Samuel BONNETEAU
Jacky Bocquet : Effectivement derrière J.M. Souchet c'est notre Christelle nationale !!!
Pepy IO Matr : J'ai travaillé au CMM en 70. Alain .Gilles. totoche lol Mr Bergniard. Mr Roux. une bonne ambiance merci pr cette photo Mme METREAU.
Ginette Roland Bruno Delguel, Alain Gandon
Madame Delage, de la Chainade, entourée de son fils jacques (en rouge), Dominique Sinou (derrière) et Bernard Pidoux. La photo a été prise en 2010 mais "Yeyette" a toujours bon pied bon œil.
Frederic Christelle Audebert Ha yeyette une gentille dame et adorable, la mémoire vivante de la chainade. Elle a donner de son temps comme conseillère municipale, ainsi qu’à différentes associations dont la dernière où nous étions ensemble le comité des fêtes. Ces enfants peuvent être fiers d’elle.
Christine Abelard Yeyette une gentille dame, bon souvenir d'elle à la paroisse. Elle a beaucoup donné de son temps. Très active
Francoise Pierre Mourey Yeyette est la nièce de Mme Nicolas ma grand-mère c est une femme géniale et surtout tellement positive du bonheur
Pat Grand : Ah super !!! Je l'ai rencontrée cette été. Je l ai prise aussi en photo mais je n o sais pas la mettre. Une très gentille dame et j aime bien prendre de ses nouvelles de temps en temps. Elle a connu une partie de ma famille et en lui montrant des photos, elle a pu nommer des gens. Quel bonheur pour moi.
Veronique Ybard : Yeyette et Christiane menager toute une histoire d amitié de fou rires dans les kermesses, la préparation de fleurs ,de spectacle ,que de bons souvenirs
Monique Giraud : Je me souviens très bien de Yeyette ( je n'ai jamais su son vrai prénom) une belle personne, très gentille et serviable. Je l'embrasse
Marion Vallet : Une bonne amie de la famille Ménagé 
Monique Neau : Ah Yéyette et Nono (qui nous a quitté) charmant couple..!!
Geneviève Gailler On ne la voit plus beaucoup, elle ne doit pas sortir.
Audrey Vallet Oui yeyette se maintient bien
Jacqueline Thomas De bons souvenirs avec Yeyette quand nous allions aux réunions w Watchers a Rochefort très gentille cette Yeyette bisous
Rebecca Berteau Ma Yeyette adorée
 Philippe Auguste
Vous souvenez-vous de « Bébert » CORLOBE ?
C’est le grand-père d’Albert Corlobe, Joseph, qui, préposé des douanes, (lui-même fils de préposé des douanes à Auray, dans le Morbihan), arrive à la caserne des douanes de Marennes, il est affecté plus spécialement à Brouage.
Il se marie le 5 septembre 1885 à Marennes avec une demoiselle de St Georges d’Oléron, Magdelaine Rosa Moquay. Il décédera à Marennes le 25 février 1938.
Joseph et Magdelaine ont eu plusieurs enfants dont Emilien, né à Marennes le 30 octobre 1886. Il épousera, Berthe Richard à Marennes le 24 janvier 1911 mais meurt à la Guerre le 5 mars 1917 à Hoetville dans la Meurthe et Moselle, près de Nancy.
Emilien, exerçant la noble profession d’ostréiculteur, a eu le temps d’avoir un fils, Albert, plus connu sous le sobriquet de Bébert qui, en tant que fils unique, héritera de la maison familiale à Nodes.
Vous l’avez tous connu avec son « solex » et sa remorque naviguant dans toutes les rues de Marennes en criant « qui veut des moules », ou alors " Venez voir ma boutique , ma petite boutique »! La légende dit que des gens avaient porté plainte car ils trouvaient cela un peu osé (*2) ! Bébert avait une autre formule beaucoup plus adéquate : »Achetez les moules de bouchot » !
D’autres sources nous indiquent qu’il vendait aussi « des boucs »(*) à la mesure, dans un verre ou même une boîte de conserve.
Il faisait son plein de solexine chez Mr Pain près de l’église bien sûr.
Car Bébert était un fervent croyant, malheureusement il se fit renverser par une voiture en allant à la messe de Pont l'Abbé parce que, là bas, elle se disait encore en latin.
Bien que marié (sa femme est revenue chez ses parents au bout d’un mois de mariage), Bébert n’aura pas laissé de descendance, sa seule famille est sa nièce que nous remercions de nous avoir envoyé cette photo.
(*) bouc est le nom charentais des crevettes grises
(*2) boutique en charentais est souvent utilisé pour désigner le sexe masculin.
Jean Pierre Baron Bebert avec sa charrette derrière son silex qui chinait ses moules en soufflant dans sa corne de brume pour avertir les clients : " allons mesdames venez voir ma petite boutique"
Gilette Garnier : Il était le parrain de mon papa. Et très gentil avec un rire un peu particulier qui nous faisait rire
Mrik Kølin : Le neveu de mon grand-père Espérance Corlobé
Monique Giraud Je me souviens très bien de lui, de sa corne de brume et de " venez voir ma p'tite boutique " mais je n'y voyais aucune malice pensant à " boutique d'alimentation "
Chantal Guyonneau Oui je me souviens de lui ma maman me disait qu il faisait aussi le sacristain du père Guerande
Catherine Yannick Aulier Coret Je me souviens très bien de lui
Valérie Cottereau Je me souviens aussi de lui. J'étais une gamine à cette époque. C'était aussi une autre époque. On ne vois plus cela aujourd'hui.
Geneviève Gailler : Qui ne s'en souvient pas ?
Ce n'est pas le car l'important mais la famille
Philippe AugusteIl n'est pas tout neuf, un peu délaissé mais il doit rappeler beaucoup de souvenirs à bon nombre d'entre vous.
Alain Seguin Oh oui je l'ai pris pour aller à l'école
Greg Bonduran Oui j'allais au centre aéré avec 😁 il y a 20 ans déjà 
Chantal Guyonneau Tous les lundis matins direction Lycée de jeunes files à Rochefort (Lycée Merleau Ponty )debout dans l allée car il était bondé il avait ramassé tous les élèves de l Ile d Oléron
Aurelien Chailloleau : Oh que oui, surtout lorsque mr poitevin nous emmener au centre aéré ou venait nous chercher à l'école... Dommage qu'il soit aujourd'hui dans cet état là...
Dany Logeais Pour aller à l'internat le dimanche à Royan à 16h nous avions un car beaucoup plus vieux et il avait fallu se bagarrer pour en avoir un. C'était le fils poitevin qui le conduisait
Christelle Thomas : Et moi je le voyais tous les jours car j habitais en face du garage avec mes parents
Jean Pierre Baron Et encore celui-ci était moderne il faut se rappeler des vieux cars d'où il fallait descendre et pousser dans les pentes un peu raides
Seb Moiz Je l'ai pris pour aller à l'école
Céline Coval Pouette pouett
Mélanie Peneaud : Oh punaise oui !
Lydie Romet C'est une photo du bus récente ? si oui il faudrait en faire un muséee !!!!
Hugues Pierre A mon époque le car bleu et le car rouge
Alain Seguin Je me souviens de Mr Nerau qui était mécanicien chez Poitevin et chauffeur de bus écoliers
Gaëlle Fougeroux : Oh le car pouette pouette, il nous emmenait aussi a la piscine a la plage !!!


Robert Alexandre Jouant



Vanessa Moiroux: Je voudrais rendre hommage à une personne qui a sublimé mon enfance. Il s'agit de mon grand père. Robert Alexandre JOUANT né le 7août 1924.
Il nous a quitté en 1990 en laissant un grand vide dans notre vie. Lui qui a fait de si belles choses pour la commune de Marennes où il a travaillé comme cantonier pendant des années. Il a aussi œuvrer pour le syndicat (ponts et chaussées) puis il a donné 22 ans de sa vie au service des Pompiers volontaires de Marennes de1960 à 1982.
Je suis très fière d'être sa petite fille et j'ai toujours la chance d'avoir ma grand mère Lucette JOUANT pour nous rappeler le grand père merveilleux qu'il a été.
Clémence Fagot: Hoooooo ! Mon papi d’amour ! J’aurais aimé le connaître et partagé de si belles choses avec lui.
Geneviève Gailler : Mon parrain
Andrea Dea : Hoooo ... c est notre papy Bébert ... merci Vanou pour ce très bel hommage ..
Coquelicot Sauvage: Oui au Lindron, c'était un Homme discret, travailleur... Bel Hommage
Jean Pierre Baron : Bel hommage d'une petite fille a son grand-père
Michelle Sorlut : Une très bonne personne plein d'humour beaucoup de rigolades avec notre Bebert ,toute mon enfance bel hommage Vanessa il le méritait.
Martial Vieuille : J'etais pompier avec lui tres bons souvenirs
Marie Bergeon : Conbien de bons moments passés, toute Notre enfance tres bel hommage qui lui et rendu
Veronique Ybard :Très bons souvenirs avec lui qui faisait partie de l'équipe de mon grand-père aussi bien a la commune qu'aux pompiers
Jean-Marie Roiron : Je me rapelle quand j4habitais a la mairie
Valérie Dussaud  : Un grand monsieur
Jacqueline Hermand : J'ai bien connu ainsi que Lucette, l'histoire de famille est compliquée mais je m'en souviens bien !!!

 


Mme Nicolas

 Mme Nicolas


 
Jocelyne Michelle : Ha Madame Nicolas! J'ai travaillé pour elle pendant au moins un an en tant qu'aide à domicile, une dame qui na pas eu beaucoup de chance dans la vie sa maison en face de Leclerc
Jacques Delage : C’est ma grande tante, la sœur de ma grand mère maternelle Johannel, lorsque j’étais à l’école des sœurs je finissais mes après midi à la boulangerie.
Jacques Delage : C’est mon arrière grand mère
Jacques Delage : Ma grand-mère je ne l’ai pas connue elle est décédée ma mère avait 6 ans
Francoise Pierre Mourey : Je ne l'ai pas connu longtemps mais j adorais allez chez elle et il y avait aussi mon arrière-grand-père qui mettait sa chique dans son béret il y avait tante Georgette la couturière
Jacques Delage : Grand père Georges dit Toto, c’était un phénomène à la Chainade il n’était pas toujours facile et avait le coup de béret rapide. Si je comprend bien nous sommes cousins
Francoise Pierre Mourey : Certainement je suis la fille de Danielle et Georges Pierre
Jacques Delage : Tu est la nièce de Robert ?
Francoise Pierre Mourey : Robert Johannel je suis soit une nièce ou une cousine je suis perdue mais maman était sa marraine
Jacques Delage : Je crois qu’il n’a pas trop de relation avec sa sœur mais ce n’est pas mon affaire. Ta mère est cousine germaine de ma mère Georgette dit Yeyette mariée à Mon père Raymond Delage décédé en 99, maman est toujours à la maison à 92ans dans 15 jours
Jean Pierre Baron: Je me souviens de Mme Nicolas quand elle faisait ses tournées avec sa petite camionnette. Je le vois et parle souvent avec lui son fils
Dominique Sinou : Perso j'ai toujours connu la boulangerie Nicolas même dans les années 50 ( je ne parle pas de la photo). A l'époque il y avait 3 boulangeries rue de la République, Nicolas, Diet, Benon.
 
 
Furet le charcutier
 
 
 
 
Clemenceau-Piochaud Maryline : Je m'en rappelle, j'allais souvent chercher du graton pour le panier à mon père.
Catherine Chaillé : Les grattons du Père Furet , un vrai régal !
Micheline Delage : Arlette,leur fille était notre copine, nous étions quatre filles qui se retrouvions tout les dimanches, nous allions au National danser le dimanche après-midi.Pour les parents d’Arlette c’étaient des gens très gentils, j’en garde que de bons souvenirs
Christian Chagnon : Oui,avec de la sciure au sol ! L'épicerie Rolland, le fromage râpé à la demande, "fils" qui distribuait les bananes aux enfants. Les gratons charentais et le gigourit du père Furet , nos "madeleines" à nous Marennais !
Laurence Desvaux: Ah le gigourit ! Je payerais cher pour en manger un bon ! Il y avait un charcutier qui en vendait un très bon sous le marché fin des années 60.
Pat Grand : J ai connu Monsieur "Roland" qui venait avec son camion, au Moulin Rouge ", à la place du Mac Do, chez mes grands parents. C était sympa... Et puis il était rigolo ( pour mes yeux d enfant à l epoque) !!!
Catherine Chaillé : Il était surnommé "fils" , pourquoi ? je ne sais pas . Il nous donnait toujours un bonbon
Françoise Camguilhem Pogut : Oui il passait aussi chez moi trop marrant il avait toujours son crayon derrière l'oreille dans son camion il avait de tout il était très généreux c était bien
Jean-Marie Roiron : Je me rappelle de Madame Roland une gentille femme Un jour je rentre dans l'épicerie avec ma grand mère avec le hoquet elle me regarde en disant tu veux que je dise a ta grand mère ce que tu as fait... du coup le hoquet c'est arrété et elle a bien rigolé
Brigitte Chauray : Je me souviens, petite j allais avec maman à l'épicerie Charbonnier et les fruits et légumes chez Bourcicot ça date !
Jean-Marie Roiron  : J'avais douze ans et j'aidais le père Furet à passer le quatre épices sur ses jambon c'était mon voisin puisque j'habitais la mairie et ça sentait bon c'est sur
Bernard Bertet : Mon grand-père y allait pour acheter sont pâtée de foi un régal !!!!
 
 
 
 
Dominique Lap : Ce fils d’artisan né à Tonnay-Charente. « bon médecin » notamment avec les enfants, dévoué à la tâche, travaillant le matin, le soir et le week-end. Son métier, c’était sa vie, une véritable vocation. Il parlait souvent de la maternité de Marennes et des quelques 500 enfants dont il avait accompagné la naissance.
Bon vivant, il appréciait le contact direct avec les gens . Son investissement auprès des sapeurs-pompiers de Marennes était une fierté et comptait beaucoup pour lui, l’incitant à siéger au SDIS de Charente Maritime.
Celui qui fut médecin de 1969 à 2006, qui œuvra aussi à la maison de retraite comme à l’hôpital où il pratiquait les accouchements, fut aussi un homme politique.
Sans étiquette, il fut toujours apparenté à la majorité départementale de Claude Belot, puis de Dominique Bussereau. Il fut d’abord conseiller municipal de Marennes (sur la liste de Roger Hattabe) en 1995. S’il n’emporta pas la mairie ni en 2001, ni en 2008, il gagna le canton en 2004. C’est d’ailleurs grâce à lui que le Conseil général resta à droite et que Claude Belot fut réélu président. Marié, père et grand-père.
L’ancien médecin de Marennes s’est éteint un samedi à son domicile, des suites d’une longue maladie. Il avait 70 ans. Affable, serviable, humain et discret, c’était une figure populaire très appréciée.
 
Aurélie Ouvrard-pellereau : Ah c'était plus qu'un médecin de famille !!! Des médecins comme on en fait plus. Il a toujours été la pour notre famille, il m'a mis au monde en 79, une de ses dernières naissances, il a tenu la main de mon papa jusqu'à son dernier souffle et il m'a tenu la main le jour de son enterrement. Mon papa et le Dr Pellacoeur étaient présents sur la même liste électorale aux municipales mais je ne me souviens plus de l'année. Une très belle personne qui nous manque à tous !
 
Momo Audebeau : Un vrai médecin de famille, comme on en fait plus. Très bel hommage. Toujours là pour ses patients. Merci docteur, vous avez laissé un grand vide.