AdresseTéléphone
logo
Marennes For Ever
Rolly GaboriaudSOUVENIR...de l'époque où Brouage était dans un triste état. Heureusement son isolement a évité qu'elle ne se transforme en carrière de pierres. La restauration commencée dans les années soixante est une réussite.
Evelyne Charr Grâce à M. Delouvée, maire à cette époque, qui a permis l'ouverture d'un chantier Concordia (étudiants français et étrangers). Ils ont travaillé d'arrache-pied pendant plusieurs étés pour nettoyer et réparer les remparts.
Nathalie Sautour : C'est vrai brouage a bien changé mes parents y habite donc je connais bien 
Sandrine Besson O'Hara : C'était un monument aux morts devant l'église ?
Evelyne Charr : Non ! Non, il est dédié à Samuel de Champlain, fondateur de Québec.
Sandrine Besson O'Hara : Ah mais oui bien sûr ! C'est drole, sur le coup je ne l'ai plus visualisé 
Pierre Bugeon : Un monument de cette importance, nécessite des travaux quotidiens, et un programme de restauration. Depuis longtemps, les échafaudages sont absents, moyens financiers certainement. Il y a pourtant urgence à dévégetaliser les ramparts, qui continuent de se dégrader, sous l'action des racines.
Gisèle Prat : Brouage  : Mon enfance ! Mon grand père ,ce passionné d'histoire ! Il me raconte l'histoire enthousiasmante de l'Amour que Louis 14 éprouve pour Marie Mancini,d'où l'escalier et la suite de leur histoire .... le Roi sen va, ELLE nest pas de sang royal , Il part à la guerre et reprenez vos livres d'histoire, vraiment tres intéressant ! Pour de vrai ! J'adore .
 



Philippe Robert : Brouage d'antan, fête à Brouage
 
Mos Lab Synthésizers : Quelques photos des fouilles, coté extérieur au bastion de la mer. Après différentes recherches, il s'agit donc de la grande écluse, alimentant en eau les fossés défensifs tout autour des remparts (ça ne devait pas être la seule). Elle est répertoriée et apparaît très nettement dans les différents plans du XVIIème et XVIIIème siècle. (Buisson 1689, Neuflieu, Salavage 1779, etc).
Je suppose que cette écluse a été remblayée et bouchée dans les années 1800.
Dernière photo (voir ci-dessous)  : Ce que j'ai trouvé dans le monticule (montagne de terre) : très certainement de la vaisselle du 16ème ou 17ème siècle, française ou étrangère (pouvant avoir appartenu à des bateaux de commerce venant d'Europe du Nord ? )
 

 
Alain Giraud : Maison des gouverneurs.
Ginette Person : Elle n'a pas changé !

 



Alain Giraud
 
Christian DésormeauxVaches " highland cattle" à la Ferme du Gaty, sanctuaire unique au coeur du marais de Brouage. (Sortie photos du HIC, Hiers-Brouage Image Club)
Sauvegarde du patrimoine, élevage de races menacées ou à faible effectif .
l'élevage des animaux est traditionnel et extensif sur le site exceptionnel du marais de Brouage du printemps jusqu'à l'automne, ensuite ils rentrent dans le bâtiment pour l'hiver ou ils sont nourris avec le foin récolté sur le marais l'été.
L'exploitation est inscrite à la charte des bonnes pratiques d'élevage.
élevage de dix races de vaches dont neuf menacées,(la maraîchine,la bordelaise, la froment du léon, la casta, l'armoricaine, la herens, la villard de lens, la lourdaise et la béarnaise).
les deux principales races sont la maraîchine et la highland cattle
 
Ce château est aujourd'hui une propriété privée sur la commune de Marennes-Hiers-Brouage, 
Mos-lab Synthesizers : Au milieu du XVIIe siècle, la seigneurie de Montboileau (ou Monboileau) appartenait a Simon de Rabelain, écuyer, marié en 1647 a Suzanne Geay. En 1776, le logis de Monboileau était aux mains d’Elisabeth Gautreau, veuve de Michel Delage, capitaine de navire, demeurant a Marennes. Le logis est une construction en fond de cour qui se développe en longueur, sur un haut soubassement. Le logis est percé de baies a meneaux assez simples. On accède au vestihule d’entrée par un escalier monumental a deux volées droites et a balustres cantonnés de lions sculptés. La porte d’entrée est encadrée par deux pilastres soutenant un entablement et un fronton semi-circulaire détachant de la toiture. 
La façade postérieure, très simple, possède pour tout élément décoratif, un balcon a balustre supporté par de puissantes consoles.
(Origine du texte inconnue, mais surement empruntée au livre Chateaux, manoirs et logis de Charente Maritime, de Frédéric Chasseboeuf)
 





Alain GiraudBrouage, vue d'avion.
 
Philippe RobertMarennes d'antan: Brouage photo colorisée année 57/60
Janick Renaudie : C'est Mme Minoret??? J ai une photo quelque part dans mes cartons ça ressemble !!
Philippe Auguste Il faut que tu la retrouves, Minoret à Brouage c'est une institution.
 
 
Gilles BontempsPetit commerce a Brouage M et Mm Berthier
Goutsin De Charge : C'est elle qu'on appelait la mère téo me semble-t-il.
Evelyne Charr : Madame Berthier qui était également une très bonne couturière et la maman de M. Bontemps, maire de la commune...
Gilles Bontemps : "Couturière" je confirme. M Bontemps,adjoint de M Delouvé . 
Aline Chotard Manzanal : Merci beaucoup pour cette photo. Je me souviens du magasin à côté de l'église. Jeanne Berthier était plus qu'une couturière, c'était une artiste 
Gilles Bontemps Elle a son fan club Mamie Jeanne!! J'ai hésité, mais au final, ils sont heureux d'avoir pris l'air nos anciens bises
Aline Chotard Manzanal : Tu as l'année de la photo ? Vers 1970 ? C'était le seul magasin de souvenirs à Brouage à l'époque + presse, tabac et poste à essence qu'on voit sur la photo, non 
Gilles Bontemps : Le tabac était au Champlain, gaz et petites bricoles sur des vélos et mob ,au rythme de Théo ,oui vers 1970
Pascale Douaud : Pépé Delouvé , rebouteux aussi . J' y ai eu le droit pas mal de fois...
Evelyne Charr Moi aussi 
Sylviane Houssay Ma couturière Gilles Bontemps ...que de souvenir
Aline Chotard Manzanal : Jeanne a aussi donné des cours de couture aux enfants de Hiers quand elle y a vécu au début des années 80. C'est elle qui m'a appris à coudre quand on était en vacances à Hiers.
 
Philippe RobertBrouage d'antan: La première pompe à essence à bras dans Brouage:
La naissance de l’automobile, vers 1885, va révolutionner cette toute jeune industrie. Chaque raffinerie se met alors à produire de l’essence. Une note de 1895 de la Compagnie de l’Est (Chemin de Fer) montre que l’utilisation de l’essence permet de réduire par dix ses dépenses. Le marché explose et les besoins ne vont que grandir au fil des ans ! Le raffinage doit être profondément modifié : le procédé est adapté et le pétrole brut va alors fournir 40 % d’essence et 3 % de pétrole lampant.
L’essence, qui coûte environ 0,50 F, est vendue aux automobilistes essentiellement en bidons de 5 litres, mais on peut également en trouver en bidons de 2 ou de 10 litres. Ces bidons sont scellés par l’Etat, afin de gar...
 




Alain Giraud 
 



Alain Giraud
 




Alain Giraud
 
Philippe RobertBrouage en fêtes années 1958-1960
Janick Renaudie : Plus tôt avant 60 fête des fleurs peut-être 58?
Philippe Auguste : Il n'y a pas ma cousine, Françoise Ragot?
Janick Renaudie : Françoise Ragot, Janick Poinot, Michelle Vissac, Anick Duc, Chantal Couzinet,
 





Philippe Robert : Les mêmes devant la halle aux vivres.
 

Foulque marcroule

Foulque marcroule



Séverine Auguste :  Dans le marais d'Hiers,  une Foulque Marcroule
Micheline Delage : Il me semble qu’on appelle, aussi la poule d’eau
Séverine Auguste Brillaud Nadeau : Non la poule d'eau et plus petite et avec de la couleur rouge 
Françoise Gorin : Le Foulque Macroule ou "poule d'eau au bec blanc".
Jean Pierre Baron : Toujours régulière dans la qualité et la recherche d'images instantanées
 
Philippe RobertBrouage d'antan : années 50 vue aérienne l'église.
Dany Logeais Dans les années 64/65 il y avait un élevage de lapins ou de lièvres mon mari avec son patron avait entouré de grillages, ils ont perdu des barres à mine qui tombaient dans les souterrains
 





Philippe RobertBrouage d'antan: 1953 la ville de Brouage plante ses premiers arbres après les années de guerre 40-45.

 

Avant

Avant
 
Ginette Person
 

Après

Après
Ginette PersonLa chapelle des prêtres déportés de Brouage hier et aujourd'hui. Elle est actuellement bien endommagée et menace de s'effondrer
 Evelyne Charr : Je crois bien que la cérémonie aux Prêtres Déportés qui avait lieu le 15 août chaque année, à la suite de celle de Port des Barques, n'a plus lieu depuis longtemps !
Françoise Gorin : Surtout que le diocèse de La Rochelle vend des biens mobiliers pour construire accueillir des prêtres étrangers...puisque les curés sont en voie de disparition en France!
France Rivière : Où ça se trouve où exactement
Dany Logeais : Au fond à gauche dans l allée où il ya les boutiques
C est très délabré !!
 
Ginette Person : Mise à jour d'un ancien canal derrière le rempart sur la route de la Cayenne
Jojo Joelle Brouard : C'est Brouage la Cayenne c'est à Marennes
Jean Pierre Baron : Il y a la cayenne aussi à Brouage
Ginette Person : Route de la Cayenne aussi à Brouage
David Daimé : Le site de la Cayenne à Brouage et à Marennes correspond à l'extrémité du port, la cale d'embarquement, d'où les bagnards partaient pour Cayenne.
Dominique Sinou : La Cayenne correspond à un casernement rustique de soldats
Jean Pierre Baron Il n'est légalement pas possible sur une même commune d'avoir 2 lieux-dit portant le même nom .La fusion de Marennes avec Hiers Brouge a provoqué cet anachronisme géographique
Jean Pierre Baron : Outre les deux Cayennes de notre commune nouvelle il en existe aussi une sur la côte Est de l'île d'Oléron. Quant à Cayenne en Guyane (où j'ai travaillé pendant quelques temps,) l'origine de son nom est la même que partout ailleurs sa configuration topographique également hormis que l'urbanisation y est galopante...
 
Philippe RobertBrouage d'antan: années 50 : le port de Brouage tout en couleur .
Ginette Person : Le chenal était large à cette époque !
Evelyne Charr : Il y avait aussi plus d'activités. Dans les années 70, on comptait 80 bateaux/familles ostréicoles. La date est plutôt 1958 ou 1960.(mon repère est la construction de la cabane de ma famille )

 
Hélène Duc
Hugues Pierre : J'ai eu le privilège de participer à la remise en état de la toiture en ardoise du clocher pendant mon apprentissage en 1984 je crois
 



Hélène Duc : L'église illuminée
Philippe Auguste : C'est mieux que rien
 


 



Philippe RobertBrouage d'antan: 1935 l'Archevêché de Québec , inauguration de la plaque de Samuel de Champlain.

 
 
Philippe Robert
Evelyne Charr : Je crois que c'est M. Jousson qui est devant sa cabane (Le père de Régis)...
Walter Marchesseau Cette photo date d'après 1954, puisque la lasse blanche qui se trouve devant la camionnette se nomme la lili. C'était celle de mon grand-père William MARCHESSEAU, et la lili car ma grand-mère s'appelait lilyane. Il l'avait faite faire en 1954. Quand à la lasse Yvette au premier plan, c'est celle des frères BRUNERIE, Mimile et Roger, dont la sœur s'appelait Yvette. J'ai oublié, la camionnette est celle de Paul GAZEAU
Roger Roux : Camionnette oui , mais voilà une enquête locale à poursui...
 
 


Suite
 

 

 

Colonne Champlain

Colonne Champlain

 

Plan 1

Plan 1



Jean-Pierre Baron
 

Plan 2

Plan 2

 
 
 
 
 
 
Véronique Ybard : Brouage 2 décembre 2020
 
Séverine Auguste : Mairie de Hiers illuminée(2 décembre 2020)
Frederic Christelle Audebert : A Marennes la déco de Noël dans les rues est la même depuis des années.  Il serait bien qu’il y ait une décoration qui fasse vibrer petits et grands pour Noël, que nous fassions un grand WHAOU, que les vitrines des commerçants soient décorées avec des branches de sapin et illuminés aussi,mais malheureusement ce n’est pas le cas et en même temps faudrait pas oublier les écarts.
Jocelyne Michelle : D'accord avec vous c'est tellement fade il n'y a pas grand chose
Erik Assouan : Décoration de Noël bien fade, Où est la joie et la l'envie de faire la fête ?
La ville de Marennes-Hiers-Brouage aurait pu mettre un peu plus de déco. Malheureusement les décorations dans le centre-ville de Marennes sont pas terrible, Donc il est impossible d'en mettre à Marennes plage

 

Novembre 2020

Novembre 2020





Ginette PersonC'est le printemps !
Valérie Cottereau : Tu as raison, c'est superbe.
Jean Pierre Baron : C'est vrai que c'est beau mais est-ce normal à cette saison évidemment non
 
Philippe RobertBrouage d'antan: 1907 Grand'Rue
Philippe Auguste : A gauche le buste de Champlain
 
Philippe RobertBrouage d'antan : 1915 repos bien mérité
Evelyne Charr Devant l'ancien office du tourisme, et ancienne forge royale, à droite quand on arrive côté Moëze ou Rochefort !
Annie Bertot : Ancien bureau du tourisme la forge royale

 




Philippe RobertBrouage d'antan: 1905 Promenade en amoureux ,un dimanche ensoleillé.

 
Philippe RobertHiers-Brouage d'antan: année 60
Annie Bertot HIERS
Aline Chotard Manzanal En descendant la rue, il y avait mes arrières grands parents, mon oncle, mes grands parents et un autre oncle. Puis mon autre arrière grand mère s'est installée de l'autre côté de la rue 
 
Philippe RobertBrouage d'antan: 1959 Grand'Rue
 
 
Philippe Robert : Brouage d'antan: 1905 Les remparts visités en hippomobiles ou en vélos

 
Philippe AugusteSuite aux explications sur Brouage, voici un reportage réalisé en 2016. Un de plus direz-vous mais la cité de Vauban le vaut bien.
Mos-lab Synthesizers : Un bon reportage. il est dommage par contre que l'on ne parle jamais du palais du gouverneur dont il ne reste plus aucune pierre aujourd'hui (enfin si, quelques unes éparpillées par ci par là dans des constructions plus modernes...). Cet hotel particulier richement décoré, accompagné d'un jardin à la française ainsi qu'une orangerie devait en imposer à l'époque...
Annette Vieuille Qui peut me dire à quoi correspondent les murs qui se trouvent avant d entrer dans Brouage en venant de Hiers ?
Philippe Auguste  Mos-lab vous en dira plus, en fait il s'agit des vestiges de la porte d'entrée qui a été élargie pour créer la route menant à Hiers.
Daniel Schuber : C'est un ouvrage de défense avancé appelé demi-lune. celui-ci, c'est la demi-lune de Hiers (la route actuelle n'existait pas) et l'autre, c'est la demi...
 
Alain GiraudBrouage et le chenal pour rejoindre la mer.
Mos-lab Synthesizers : Très belle photo avec le chenal. Celle ci permet de bien comprendre, malgré ce que l'on entend très souvent à tort, que LA MER N'ARRIVAIT PAS JUSQU'AU PIEDS DES REMPARTS de Brouage. C'est le chenal du havre de Brouage qui permettait au bateau d'accoster sur le port embarcadère (flanc nord) de Brouage (idée reprise plus tard avec Rochefort et le fleuve Charente). A cela s'ajoutait quelques canaux permettant à de petites embarcations d'accoster aux ports souterrains de la Brèche et de Hiers. Le chenal était bien évidemment environ 2 ou 3 fois plus large à l'époque, pour permettre la navigation des navires marchands ou de guerre.
Roger Roux : Effectivement, c'est sans compter le nombre de diffusions écrites sur différents supports ou de reportages TV et radio qui entretiennent cette grande confusion, à savoir que : la mer serait soi disant "venue battre le pied des remparts" , au lieu d'expliquer que "l'eau de mer" elle, parvient toujours mais à proximité j...
 
Philippe RobertBrouage d'antan: 1907 La poudrière Saint Luc.
Rolly Gaboriaud Enfoui sous les broussailles et le lierre, c'était encore comme ça dans les années cinquante.
Mos-lab Synthesizers : Les deux grandes périodes de restauration ont été les années 60 (forge royale et sauvetage de la halle aux vivres), et à la fin des années 80 pour l'ensemble des bâtiments de la cité.
(Les toutes premières "restaurations" datent des années 30 et on concernés seulement la reconstructions des échauguettes.)
Jean Pierre Baron : La réfection et la rénovation des espaces publics communs (rues ,places...) datent des années 90j'ai participé a l'élaboration des plans de base au projet
 
Philippe AugustePlace de la mairie à Hiers, il y a très très longtemps. A droite il y a la queue devant le café
Karine Lanoue : Je serais curieuse de savoir en que année à été prise cette photo ? J'ai habitée à droite pendant 16 ans
Nini Cocole RTh : C'était pas une salle des fêtes en 75/76 ? Où on faisait les bals d'été ??? J'en ai un merveilleux souvenir...
Philippe Auguste : Non la salle des fêtes est située à droite de cette maison, donc sur le côté gauche de la photo
Pascale Douaud : L' ancienne maison de Mr Méchin. Il y avait une pompe à eau entre la maison et la salle des fêtes. Les femmes portent des robes mi longues donc sûrement entre deux guerre style belle époque

 
Philippe AugusteLa halle aux vivres à Brouage avant restauration
Dany Logeais : Ils ont fait quelque chose de très bien 
Evelyne Charr Et dire que nous sommes allés en classe dans cet endroit... quelques mois avant d'être dans la nouvelle école. 
Ginette Person : Et les éclades géantes suivies d'un bal les étés pendant les années 80/90 
 



Alain GiraudBROUAGE, porte Nord
 
Philippe RobertBrouage d'antan: 1905 ancienne porte de la ville (voie étroite)
Evelyne Charr Porte Royale !!!
 
Philippe RobertBrouage d'antan: 1913 Ancienne porte, une journée de visite à Brouage d'une famille bourgeoise.
Mos-lab Synthesizers : Il s'agit (s'agissait) de l'ancienne entrée de la demi lune d'Hiers, aujourd'hui laissée complètement à l'abandon sous la végétation
 
Philippe Robert : Rue de l'Hôpital en 1910
 
Philippe Robert : Brouage en 1905
Evelyne Charr L'ancienne épicerie Minoret côté gauche, au milieu... mais la photo est bien antérieure
Annie Bertot : Oups !!!! pas beaucoup d'animation !!!
 



Philippe AugustePhoto prise de la rue Duc Elie, un peu plus bas que la fontaine
Veronique Ybard : On attend les connaisseurs car la rue duc élie ne s appelée pas comme ça avant
Philippe Auguste Rue de l'église
Helene Duc : Je n'ai pas connu le bâtiment à gauche bien que j'habite tout près depuis 74 ans
 


Philippe RobertUn petit clin d’œil pour nos professionnels éleveurs de moules.
 




Philippe Robert : Fin d'une dure journée de labeur
 


Philippe Robert : Brouage d'antan: 1904 promenade du dimanche sans voiture.
 
 
 
Séverine Auguste : Lors d d'une balade à pied le soir église de Hiers – à Hiers-Brouage,
Alain Giraud : Très belle photo
 
 
Les escaliers de Marie Mancini
 


Severine Auguste : Un mariage à Hiers-Brouage
Aline Chotard Manzanal : Ou une communion vu le brassard du garçon à droite ?
Evelyne Charr : Plutôt à Hiers, vu le clocher.
Veronique Ybard: Place de la salle des fêtes de Hiers
Solange Mack : Un marin dont l'uniforme ne change pas !!
Pascale Douaud : Oui devant chez anciennement Adélaïde Joneau
Elodie Pellerin: Sev Morin regarde c’est la maison de tes parents
Sev Morin Oui grave merci ça fait bizarre
Ginette Person : Oui plutôt une communion sur la place en haut de Hiers
 




Philippe Auguste : C'était bien en 1910
 
 
 
Severine Auguste : Aujourd'hui 27 juin 2020 la place de la salle des fêtes de Hiers
Sev Morin : J'habite la maison à côté de la place
Séverine Auguste Brillaud Nadeau: Nous au 10 la deuxième maison plus bas
Sev Morin : Moi au 2 enfin mes parents y habitent
 
 
 
Alain Giraud : BROUAGE, tour de guet route de ROCHEFORT.
Evelyne Charr : Je dirais plutôt une échauguette
 
Alain Giraud : Brouage autrefois
 

Alain Giraud : Le portail de l'église

Alain Giraud : Le portail de l'église
 
 


Philippe Robert : Hiers-Brouage :intérieur de l'église de Hiers
Dominique Sinou : Jeanne d'arc, le sabre et le goupillon..
 



Philippe Robert : Brouage :Hommage à Samuel Champlain (septembre 1935).
Evelyne Charr : Sa maison natale est maintenant habitée...
 

La halle aux vivres (Alain Giraud)

La halle aux vivres (Alain Giraud)
 Evelyne Charr : A une époque, on nous avait construit une ou deux classes temporaires à cet endroit ! Avant 1960, peut-être pendant la construction de l'école actuelle
Janick Renaudie : Je me rappelle bien de l'école dans la halle aux vivres et aussi de la grosse frayeur lors de la tempête qui avait détérioré le toit de l'école

 


Alain Giraud : Poudrière St Luc
 
 
 
 
Alain Giraud : BROUAGE, monument à la mémoire de Champlain.
 




Alain Giraud : La porte entrée Nord
Alain Seguin: Ça n'a pas changé
Annie Bertot : Si, les poteaux d'électricité
 
 

La porte Royale

La porte Royale
Ginette Person : C'était joliment fleuri à l'époque !
Evelyne Charr : Oui, années 70...peut-être
Jacqueline Vieuille-brocas : Un peu moins maintenant
 

 

 

 


Philippe Robert : Côté Port
 


Evelyne Charr : A cette époque, on peut encore voir les ormes séculaires (décimés par une maladie) sur les remparts. Ils servaient d'amers pour les bateaux, entre les clochers de Marennes et Moëze !
 

Brouage d'antan

Brouage d'antan


Philippe Robert : Brouage d'antan, photo insolite (le Grand Père, la petite fille, le chien aperçoivent pour la première fois un photographe avec son appareil photo sur trépied au milieu de la rue)


 

Vu du ciel

Vu du ciel



Jeanluc Dussaud : J'ai travaillé plus de dix ans dans les huîtres et moules
 

Ramassage des moules à Brouage

Ramassage des moules à Brouage


Jocelyne Michelle : Mon oncle avec le ramassage de moules sur des pieux en bois dur métier
Annie Zambon : Mon tonton coco
Dany Logeais : Les moules étaient meilleures et plus grosses car il ne ramassait que les têtes de pieux maintenant les grues ramassent tout et ne laissent pas grossir les petites
Jocelyne Michelle : Ho que oui et bien plus gosses et tout a la mains pas de machine
Dominique Sinou : Tout à fait
Jeanluc Dussaud : Les moules. Sont meilleurs côté Nord
Gilette Garnier : Pour faire une éclade il faut trier


 

Brouage vu du ciel

Brouage vu du ciel
Rolly Gaboriaud : La chance de Brouage c'est que cette magnifique ville fortifiée est très isolée et que ses pierres de taille n'ont pas été utilisées pour d'autres constructions comme c'est le cas pour bon nombre de monuments historiques. Jusque dans les années cinquante le patrimoine de Brouage était dans un triste état. Et soudain les monuments historiques s'y intéressent et ces incroyables monuments sont considérés comme notre patrimoine à tous et...on rénove. Aujourd'hui c'est encore plus magnifique vu du ciel.
Evelyne Charr: Dans les années 60, le maire, M. Delouvée avait fait venir un groupe d'étudiants européens Concordia, qui ont nettoyé les remparts. Ensuite dans les années 80 (je crois) le ministre de la Culture M. Léotard, a débloqué un plan financier pour les travaux de restauration des remparts et des rues. Merci à eux tous !
Dominique Sinou : Je me souviens des chantiers de jeunesse, grâce à eux la végétation n'a pas envahi les remparts
Jacques Delage : C’était notre terrain de jeu au patronage avec le curé Julien Salaun le jeudi. Nostalgie quand tu nous tiens !!
Rolly Gaboriaud : Oui moi aussi je suis allé à Brouage en vélo avec le patronage animé par l'abbé Salaun. Lui souvent il suivait avec sa traction.

 

 

La place de la Mairie

La place de la Mairie
 

Aline Chotard Manzanal  : Une communion vu le brassard du garçon à droite ?
Evelyne Charr : Plutôt à Hiers, vu le clocher..
Veronique Ybard : Place de la salle des fêtes de Hiers
Pascale Douaud  : Oui devant chez anciennement Adélaïde Joneau
 

Eglise de Hiers

Eglise de Hiers



Pat Grand : Comment elle s'appelle ?
Philippe Auguste : L'Eglise Saint Hilaire qui date du XIIe siècle
 


Jean Pierre Baron : Il ne prenait que les plus grosses et laissait les plus petites se développer .
Aujourd'hui avec le matériel moderne ce n'est plus le cas
Alain Giraud : A cette époque on pouvais faire de belles èclades elles étaient régulières

 

La Halle aux vivres

La Halle aux vivres
Francoise Forcin : Hiers-Brouage est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime. Ses habitants sont appelés les Hiersois et Hiersoises, ou les Brouageais et Brouageaises. Le 1ᵉʳ janvier 2019, elle fusionne avec Marennes pour former la commune nouvelle de Marennes-Hiers-Brouage. ..
 

Carnaval dans le chenal

Carnaval dans le chenal



Dany Logeais : La gendarmerie maritime ne faisait pas de contrôle pour le nombre de personnes sur le bateau chenal de brouage
 

Hiers sous la neige

Hiers sous la neige


Merci Dany Logeais
 

Le port.. avant

Le port.. avant

 

L'Eglise

L'Eglise
 
 
 
Philippe Robert : Eglise de Brouage, journée patriotique.
 

Rue principale

Rue principale

 

Pendant la Guerre

Pendant la Guerre
 
 
Philippe Robert : Brouage 1942 une porte de la citadelle est gardée par un soldat allemand.
Philippe Auguste : Je pense que le bâtiment en pointe derrière c'est la poudrière.
 
 

Stationnement autorisé

Stationnement autorisé

 

La statue de Champlain

La statue de Champlain


Devant l'Eglise, merci Philippe Robert
 


Courtieux Malou Fab : Bar resto le Manccini
Mos-lab Synthesizers : C'est là où se trouve le musée du vélo actuellement.
Evelyne Charr : Ancien restaurant Le Mancini, tenu dans les années 50 par M. Delouvée qui fut élu maire... il y a eu une pompe à essence à une époque.

 

Une bisquine

Une bisquine


Philippe Robert : Une bisquine (bateau de pèche à voiles) aux pieds des remparts.
Jeanluc Dussaud : J'ai bien connu les vieux gréments qui venaient sur Brouage dans les années 1990 je travaillais sur broyage dans les huitres
 

Triage des moules

Triage des moules


Evelyne Charr : Au premier plan, famille Martinet (fils du marchand de tissus de Marennes ) et famille Grilleau, les parents de Mme Martinet, originaires de Hiers.
Au second plan, famille Jousson de Hiers. Le fils Régis était au collège dans les années 60.
 

Port de pêche années 60

Port de pêche  années 60



Jean Pierre Baron : Il y avait de nombreux professionnels vu le nombre d'embarcations
Evelyne Charr  : Oui je sais bien...mais la cabane de mes parents n'est pas sur la photo et je sais qu'elle a été construite début 60...
 

 La fontaine de Hiers


 
 
Mylene Guicheteau : Je me suis toujours demandée ce que c'était.?
Philippe Auguste : La fontaine s'avère être un réservoir, sorte de bassin de rétention, chargé d'accumuler l'eau des sources alentour avant que celle-ci ne s'écoule dans deux kilomètres de canalisations en plomb jusqu'à Brouage. En 1580, Bernard Palissy propose d'alimenter Brouage en eau par une source située dans le bois d'Hiers. Ce projet est réalisé en 1617-1618 par Martin de Barrière. En 1633, Richelieu donne une ampleur supplémentaire au système hydraulique par la construction de regards tous les 200 mètres et par la mise en place d'une fontaine royale devant l'église de Brouage, fontaine aujourd'hui disparue. L'édicule d'Hiers date probablement de cette période. Ce réseau est régulièrement entretenu jusqu'à...
 

La maison de Marie Mancini

La maison de Marie Mancini



Brigitte Guinot : Elle est à Hiers cette maison, rue du Canada. Mes beaux-parents ont habité la petite maison à côté
 

Les remparts

Les remparts



Dany Logeais : Les remparts de brouage vu sous un autre angle
 

Maison du Gouverneur

Maison du Gouverneur


Dany Logeais : Brouage sous un autre angle la maison du gouverneur
Mos-lab Synthesizers : Il faut savoir que cette maison a toujours été appelée maison du Gouverneur alors qu'elle n'a rien à voir avec cette dernière. Ce fut la maison d'un officier (peut-être le commandant dans ce cas...). La maison (ou plutôt palais du Gouverneur) entièrement détruite, se situait un peu plus loin le long de cette rue. La parcelle commençait + ou - après cette maison et allait jusqu'au rempart. Le palais avait la forme d'un grand hotel particulier en U avec un jardin à la française attenant, et orangerie.
Vincent Gailler: Sérieusement, je reste assis à chacun de tes commentaires!Où vas-tu nous trouver toutes ces infos, ta culture m'impressionne, chapeau. Et merci de nous faire profiter de tes connaissances.
J
e serai sûrement mobilisé vers la Normandie à la fin de ce confinement mais c'est avec un très grand plaisir que je prendrai le temps de venir te voir histoire de se raconter nos parcours et découvrir ton activité dont la complexité me laisse, elle aussi, ébahi.
Mos-lab Synthesizers : Je suis un grand passionné d'histoire, d'architecture ancienne, et de Brouage. Il faudra effectivement que l'on se voit un de ces jours
 
 
Philippe AugusteSuite aux explications sur Brouage, voici un reportage réalisé en 2016. Un de plus direz-vous mais la cité de Vauban le vaut bien.
Mos-lab Synthesizers : Un bon reportage. il est dommage par contre que l'on ne parle jamais du palais du gouverneur dont il ne reste plus aucune pierre aujourd'hui (enfin si, quelques unes éparpillées par ci par là dans des constructions plus modernes...). Cet hotel particulier richement décoré, accompagné d'un jardin à la française ainsi qu'une orangerie devait en imposer à l'époque...
Annette Vieuille Qui peut me dire à quoi correspondent les murs qui se trouvent avant d entrer dans Brouage en venant de Hiers ?
Philippe Auguste  Mos-lab vous en dira plus, en fait il s'agit des vestiges de la porte d'entrée qui a été élargie pour créer la route menant à Hiers.
Daniel Schuber : C'est un ouvrage de défense avancé appelé demi-lune. celui-ci, c'est la demi-lune de Hiers (la route actuelle n'existait pas) et l'autre, c'est la demi-lune de la mer. toutes 2 servaient à la défense du site aux endroits les plus vulnérables. il semble qu'ils appartiennent à des propriètaires privés d'où l'oubli sous les ronces.
Mos-lab Synthesizers Je conseille d'aller faire un tour à la Halle aux vivres (lorsque le Covid et le gouvernement arrêtera d'emmerder le monde...) afin d'admirer, entre autres, une belle maquette de Brouage. La demi lune et la porte d'Hiers se trouvent en bas à gauche. Vous verrez aussi les ruines du poste de garde à l'entrée de cette demi lune, à une époque où les ronces et autres lierres n'avaient pas encore englouties ces vestiges du passé...

Alain GiraudBrouage et le chenal pour rejoindre la mer.
Mos-lab Synthesizers : Très belle photo avec le chenal. Celle ci permet de bien comprendre, malgré ce que l'on entend très souvent à tort, que LA MER N'ARRIVAIT PAS JUSQU'AU PIEDS DES REMPARTS de Brouage. C'est le chenal du havre de Brouage qui permettait au bateau d'accoster sur le port embarcadère (flanc nord) de Brouage (idée reprise plus tard avec Rochefort et le fleuve Charente). A cela s'ajoutait quelques canaux permettant à de petites embarcations d'accoster aux ports souterrains de la Brèche et de Hiers. Le chenal était bien évidemment environ 2 ou 3 fois plus large à l'époque, pour permettre la navigation des navires marchands ou de guerre.
Roger Roux : Effectivement, c'est sans compter le nombre de diffusions écrites sur différents supports ou de reportages TV et radio qui entretiennent cette grande confusion, à savoir que : la mer serait soi disant "venue battre le pied des remparts" , au lieu d'expliquer que "l'eau de mer" elle, parvient toujours mais à proximité jusqu'au port par le chenal ? Ceci contribuant à une double confusion pour certains interprétant faussement un soi disant "retrait de la mer" comme résultant d'un "abaissement du niveau marin" alors qu'il suffit de comparer avec d'autres repères voisins sur le littoral (à la même époque) ! Par ailleurs , une autre confusion constatée à travers l'imagination de certains concerne l'appellation "ports souterrains" , alors qu'il ne s'agit de quais d'accostage aménagés et abrités dans le flanc du rempart (et non "sous terre" ) 
Rolly Gaboriaud : Interessante photo qui permet de bien voir la position de Brouage par rapport à la mer par le chenal qu'on devine beaucoup plus large à l'époque.
Franciscø Rigø Le havre de Broue.
Roger Roux Pour "le havre " c'est plutôt celui de "Brouage" ,car "Broue" est à plus de 15km !
Franciscø Rigø Et bien je ne suis pas sûr Roger. Il me semble bien qu’avant la création du village de Brouage le havre allait jusqu’à la tour de Broue. Les bateaux rentrants dans ce havre se délestaient de leurs lest et ceci forma une île artificielle où fut construit Brouage.
Roger Roux : Oui , je veux bien , mais alors, précisons l'époque dont nous souhaitons parler : Néolithique? , voire Paléolithique ?, ou XVIIeme siécle ? Car nos présents commentaires se rapportaient initialement et essentiellement à la photo aérienne diffusée de la citadelle , donc il y avait déjà longtemps que "le havre" se limitait à Brouage et que seul un étroit chenal remontait à travers les marais salés jusqu'à Broue ! Et que les délestages avaient remblayé des terres marines sur les quelles reposent les fondations de Hiers et Brouage !
Frank Symington : Le premier nom n’est arrivé qu’après un âge s'est ajouté au dernier.
Frank Symington : De quel 1er nom vous parlez , et ensuite ajouté au dernier ?? , pouvez vous développer SVP ?
Frank Symington : Pas de soucis. C'est une espèce de jeu de mot. Broue + âge = Brouage. Je pensais Broue est l'aïeul de Brouage, son progéniteur en termes de production du sel et des activités maritimes. Si on ajoute quelques siècles à Broue ainsi qu'un petit déplacement, on arrive à Brouage. Pardon mon effort chiffré, stp.
Roger Roux : Je n'avais pas du tout fait le rapprochement . Et c'est effectivement chronologiquement vrai ! Félicitations pour cette maitrise , je vois qu'il n'est pas nécessaire de vous écrire en anglais !
Philippe Auguste Non seulement pas l'unique père, ça c'est sûr, mais il semble peu probable qu'il soit né à Brouage.
Jean Claude Petazzoni Sans doute, n'est il pas le seul, mais j'ai eu la chance avec mon groupe de chants de marin (chœur marine) d'être invité au 400 ème anniversaire de la création de Québec et de sa région et je sais que la bas il n'y a que Champlain qui compte. Ils reconnaissent bien Dugua de Mons.
Roger Roux Merci , merci ! pour votre aide et témoignage historique solidaire , notamment sur le partage au moins en citant Pierre du Gua de Mons ( le huguenot) , alors que l'histoire locale ne retient que Champlain ( certainement de Brouage , mais aucune preuve officiellement reconnue qu'il y soit né ) . Ils sont d'ailleurs cités comme co-fondateurs !
Philippe Auguste : Merci pour les très belles explications de nos spécialistes.
Roger Roux Pour ce qui me concerne je ne suis pas du tout spécialiste mais je dirais simplement "indigène" (modestement intéressé par l'histoire de ce milieu)
Philippe Auguste Il n'empêche que vous avez de sacrées connaissances. Bravo !
Philippe Auguste : Vous me flattez , mais je ne pense pas , car localement ces infos sont vraiment à la portée de tous, et je souhaiterais justement que de "vraies sommités locales de référence" (Historiens , géographes, archéologues ... ) puissent intervenir plus souvent sur ces supports de communications , pour rectifier nombres de fausses affirmations trop largement diffusées !

 La fontaine de Hiers


 
 
Mylene Guicheteau : Je me suis toujours demandée ce que c'était.?
Philippe Auguste : La fontaine s'avère être un réservoir, sorte de bassin de rétention, chargé d'accumuler l'eau des sources alentour avant que celle-ci ne s'écoule dans deux kilomètres de canalisations en plomb jusqu'à Brouage. En 1580, Bernard Palissy propose d'alimenter Brouage en eau par une source située dans le bois d'Hiers. Ce projet est réalisé en 1617-1618 par Martin de Barrière. En 1633, Richelieu donne une ampleur supplémentaire au système hydraulique par la construction de regards tous les 200 mètres et par la mise en place d'une fontaine royale devant l'église de Brouage, fontaine aujourd'hui disparue. L'édicule d'Hiers date probablement de cette période. Ce réseau est régulièrement entretenu jusqu'à la fin du 18e siècle par un fontainier attitré. L'implantation de tuyaux en milieu marécageux va nécessiter des réparations de plus en plus lourdes (1723, 1746-1749, 1759, 1761). Le système est abandonné au profit de citernes. La tuyauterie de plomb est récupérée vers 1805 par l'Armée. Seul le réservoir d'Hiers subsiste. Vers 1850, le local est utilisé comme maison d'arrêt puis comme refuge aux indigents jusqu'à la dernière guerre mondiale. L'édicule est une construction carrée en pierre de taille. Les angles sont en bossage et chaque face est ornée d'un bandeau horizontal de part et d'autre duquel prend place un panneau en table saillante. Par-dessus la corniche moulurée subsistent, sur trois côtés, les départs d'un fronton cintré au tympan occupé par un écusson bûché. La façade sud est percée des deux seules ouvertures de l'édicule : une porte rectangulaire surmontée d'une fenêtre coupant la corniche et montant dans le tympan du fronton. La fontaine est couverte d'une voûte d'arête appareillée dont l'extrados constitue la toiture à l'Impériale.

Sources : Agnès Fenech
 
Philippe Auguste : La fontaine est dans la rue Duc Elie du nom de mon oncle, résistant et fusillé en 1944